France
URL courte
Les Gilets jaunes après un an de mobilisation (80)
19362
S'abonner

Le Gilet jaune qui a perdu son œil gauche en raison d’un jet de grenade a annoncé à BFM TV vouloir porter plainte. Selon sa compagne, présente avec lui place d’Italie au moment des faits, «il est hors de question de laisser passer ça».

Manuel, le Gilet jaune qui a été touché par un tir de grenade lors de l’acte 53 des Gilets jaunes et qui a perdu l'usage de son œil gauche à cause de cette blessure, a annoncé à BFM TV son intention de porter plainte.

«Il y avait déjà pas mal de bordel partout donc nous on s'était déjà mis un peu à l'écart. On était loin des affrontements, et là j’ai vu le truc arriver directement sur ma tête», a raconté à BFM TV le Gilet jaune interrogé depuis son lit d'hôpital. «On ne faisait rien. Tous les black blocs étaient à gauche, nous on était à droite. Tous les pacifiques étaient à droite, on discutait tranquillement tous ensemble. J'avais les mains dans les poches».

La compagne du manifestant, présente avec lui place d’Italie au moment des faits, a également confirmé à l'AFP son intention de porter plainte. «Il est hors de question de laisser passer ça», a-t-elle précisé.

Selon elle, «il y a déjà eu assez d'éborgnés qui n'ont rien pu prouver. Là, on a la preuve, on ne peut pas dire qu'il était en train de faire quelque chose qu'il ne fallait pas, il était tranquille, il s'est fait blesser alors qu'il ne le méritait pas».

La provenance du tir

Manuel a affirmé à BFM TV qu’il était absolument certain que le tir venait de «là où étaient les policiers». «J’en suis sûr, car je regardais ce qui se passait de loin. Je l'ai vu atterrir».

Pour David Le Bars, secrétaire général du syndicat des commissaires de police, le projectile a pu être tiré par n’importe qui. Selon une source policière contactée par L’Obs, le projectile s’apparente à «une grenade de type MP7». Ce type de munition doit être tiré soit à terre, soit «en cloche». Ce qui ne semble pas être le cas ici, car il est arrivé à l’horizontal.

L’IGPN saisie

Le préfet de police de Paris avait annoncé qu'il allait saisir l'IGPN «à la demande du ministre de l'Intérieur» après la diffusion de la vidéo montrant un manifestant touché à l'œil.

De son côté, le parquet de Paris a ouvert une enquête judiciaire pour «violence par personne dépositaire de l'autorité publique avec armes ayant entraîné une interruption temporaire de travail de plus de huit jours» et a confié les investigations à l'IGPN.

Dossier:
Les Gilets jaunes après un an de mobilisation (80)

Lire aussi:

La France passe la barre des 10.000 décès et enregistre 518 nouveaux cas graves de Covid-19
Covid-19: en Afrique, inquiétudes et amalgames sur les intentions de la France
«Aphrodisiaque», la viande de chien est réservée aux hommes, dans le nord du Togo
«C'est n'importe quoi!»: l’exécutif dément les dates du déconfinement annoncées en direct par Hanouna
Tags:
plainte, œil, blessure, gilets jaunes, Paris, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook