Ecoutez Radio Sputnik
    Les manifestations d'agriculteurs

    «1.000 tracteurs» pour bloquer Paris: les agriculteurs en colère à l’assaut de la capitale

    © AFP 2019 Sakis Mitrolidis
    France
    URL courte
    Par
    361168
    S'abonner

    Plusieurs syndicats agricoles ont appelé à bloquer les accès routiers vers Paris le 27 novembre. Ne se sentant pas écoutés par le gouvernement, ils veulent crier leur ras-le-bol. Un phénomène que l’on observe également en Allemagne ou encore aux Pays-Bas.

    Décidément, les temps sont durs pour le gouvernement. Alors que le 5 décembre, se profile une journée de mobilisation interprofessionnelle qui devrait être très suivie, le 27 novembre, ce sont «1.000 tracteurs» qui devraient converger vers Paris à l’appel de la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA) et des Jeunes Agriculteurs (JA).

    «Plus de 1.000 tracteurs venus des régions Hauts-de-France, Normandie, Île-de-France, Grand-Est, Centre-Val-de-Loire et Bourgogne–Franche-Comté se donnent rendez-vous à Paris. Ils seront dès 6 heures du matin aux portes de la capitale», ont précisé les agriculteurs de la FDSEA et des JA Île-de-France et de la FNSEA Grand Bassin parisien.

    Les autoroutes «A1, A4, A5, A6, A10, A11, A13, A14, A15», et les nationales «N1, N2, N12, N20», sont concernées. De quoi mettre une vraie pagaille sur les routes de la région parisienne.

    Le but de la manœuvre sera de «demander aux distributeurs et industriels de permettre le retour à un revenu décent pour les agriculteurs, et à l’État de transformer ses promesses en actes concrets: pas de distorsions supplémentaires», expliquent les deux syndicats.

    ​C’est la troisième fois que les agriculteurs manifestent en l’espace de quelques semaines. Les 8 et 22 octobre dernier, ils avaient déjà organisé deux actions. Le 22 octobre, de nombreux paysans s’étaient rassemblés devant les préfectures de l’Hexagone afin d’interpeller Emmanuel Macron.

    ​Le locataire de l’Élysée avait répondu depuis l’île de Mayotte, où il était en déplacement. Ce dernier avait notamment dénoncé les attaques «inacceptables» dont sont victimes les agriculteurs. La FNSEA et les JA reconnaissent que le gouvernement commence à bouger:

    «Première prise de parole du Président de la République à Mayotte pour apporter son soutien aux agriculteurs, durcissement du ton face aux dénigrements et violence avec la mise en place de la cellule Déméter, maintien du budget des Chambres d’agriculture: les signaux d’une prise de conscience du malaise agricole se sont multipliés ces dernières semaines.»

    Mais selon eux, le chemin est encore long. Ils concèdent un «frémissement», mais ne sont pas «satisfaits» de ces «avancées» qui «ne trouvent pas de matérialisation concrète dans les exploitations».

    Dans le viseur des agriculteurs se trouvent notamment les intrusions fréquentes de militants antispécistes dans les exploitations, les traités de libre-échange tels que le CETA ou encore la «non-application dans son intégralité» de loi la loi EGALIM. Ce texte, issu des états généraux de l’alimentation et effectif depuis le début de l’année, est censé rééquilibrer les relations entre paysans, industriels et distributeurs afin de permettre aux premiers d’avoir de meilleurs prix sur leurs produits.

    Mais alors que débutent les négociations annuelles entre distributeurs et producteurs qui vont fixer les prix alimentaires pour un an, «le compte n’y est pas» pour les agriculteurs, selon Didier Guillaume, ministre de l’Agriculture. «Au lieu d’investir son énergie à créer de nouvelles distorsions (accords commerciaux internationaux, zone de non-traitement, taxes nouvelles), l’État devrait s’employer à faire respecter la loi EGALIM pour sécuriser véritablement le revenu des agriculteurs», expliquent les paysans français.

    Bernard Lannes, président de la Coordination rurale, disait il y a peu tout son désarroi à Sputnik:

    «Nous entendons parler des populations qui souffrent dans ce pays. Nous sommes l’une de ces catégories et cela fait des années que l’on souffre. Nous vivons des crises successives, deux agriculteurs se suicident par jour. Nos revenus sont continuellement en baisse, car rien n’est organisé et encore moins réglé par rapport à ce qu’avait dit Emmanuel Macron concernant les États généraux de l’alimentation. Les choses se sont améliorées par rapport à ce qui touche au haut de gamme. Mais cela ne concerne qu’une minorité de professionnels. La majorité de la production française provient de ce que l’on appelle l’agriculture de masse. Et là, les prix n’y sont pas. Si l’on ajoute à cela la pression provoquée par les Zones non traitées, l’“agribashing” et le fait que l’on passe pour des empoisonneurs, cela fait beaucoup…»

    Une situation compliquée que semblent partager certains de leurs collègues européens. Ce 26 novembre, des milliers d’agriculteurs allemands se sont rendus à Berlin, eux aussi en tracteur. Les motifs de colère sont nombreux, mais l’annonce d’un grand plan de réduction de l’usage des pesticides et engrais chimiques a fait office de goutte d’eau dans un vase déjà bien rempli. 

    «Les agriculteurs allemands ont besoin de protection et de perspectives d’avenir plutôt que de régulations excessives et d’interdictions», a lancé l’organisation des agriculteurs allemands, principal syndicat agricole du pays.

    Le glyphosate est également au cœur de l’actualité en Allemagne. Le programme décidé de concert entre les ministères allemands de l’Environnement et de l’Agriculture prévoit l’interdiction de ce pesticide controversé d’ici 2023, au grand dam de la profession. Les agriculteurs allemands prennent, à l’instar de leurs collègues français, la rue pour la troisième fois en quelques semaines.

    ​Et comme pour leurs homologues de l’Hexagone, le manque de considération de la part des politiques et une partie de l’opinion publique, davantage sensibles aux questions environnementales, sont au cœur du problème.

    «Concernant les antispécistes qui s’attaquent aux agriculteurs, et que nous attrapons de temps en temps, ou les membres de l’association L214 qui mettent des caméras un peu partout dans les élevages, il faut tout simplement de la sévérité au niveau de la justice. Vous ne pouvez pas rentrer dans une propriété privée comme cela, sans parler des énormes risques sanitaires que cela représente. Ensuite, au sujet des produits phytosanitaires, je peux vous dire que moi, agriculteur conventionnel, j’ai suivi une formation pour me protéger et utiliser ces produits à bon escient. Mes appareils de traitement passent des contrôles techniques tous les cinq ans. Les produits phytosanitaires que j’achète en toute légalité viennent avec conseils à la clé et autres règles d’utilisation draconiennes. Toutes ces polémiques autour de ces produits sont grandement la faute du politique. Il y a deux cas de figure: ou ils sont bons, ou ils sont mauvais et ils les retirent avant que l’on subisse la pression de la société civile qui n’en veut plus. Je ne supporte plus de passer pour un empoisonneur. Je ne suis pas un empoisonneur!», lançait récemment à Sputnik Bernard Lannes.

    Les Pays-Bas voient également se dérouler une fronde des agriculteurs depuis plusieurs mois. De quoi faire dire à Réussir, un média spécialisé en ligne, que «la colère devient européenne».

    Lire aussi:

    Elle tente d’ouvrir les mâchoires d’un puma pour en arracher son chien
    De minuscules «koalas» trouvés sur les coussinets de chiens envahissent la Toile – photos
    Incident en coulisses de Miss France: une candidate évacuée de la scène en larmes
    Tags:
    manifestation, agriculture, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik