France
URL courte
184939
S'abonner

Après que le corps d’un Shar-Peï a été retrouvé attaché à un arbre par une laisse, dans le Tarn-et-Garonne, sa maîtresse a été condamnée à six mois de prison avec sursis et a l’interdiction de posséder un animal, rapporte La Dépêche. Cette femme de 28 ans a nié avoir voulu la mort de son chien.

La maîtresse d’un chien de race Shar-Peï, retrouvé mort attaché à un arbre dans le Tarn-et-Garonne en décembre 2018, a été condamnée à six mois de prison avec sursis, relate La Dépêche.

Mort d’hypothermie et d’épuisement

La dépouille de l’animal a été découverte par un chasseur, dans un bois situé près de la commune de Corbarieu. Mort d’épuisement et d’hypothermie, le chien avait essayé de toutes ses forces de se débarrasser de la laisse.

Convoquée à l’audience -qui s’est tenue en novembre-, la maîtresse du Shar-Peï, âgée de 28 ans, a nié le fait de l’avoir délibérément attaché à un arbre.

Interrogée sur les raisons pour lesquelles elle femme n’avait pas recherché son animal de compagnie, la jeune femme a affirmé: «Si l’on considère que je ne l’ai pas cherché, c’est un abandon», soulignant qu’elle devait travailler le lendemain.

Condamnations

Dans cette affaire, six organisations de protection des animaux s’étaient portées partie civile, qui ont chacune obtenu 250 euros, précise le quotidien.

La prévenue a écopé de six mois de prison avec sursis, selon le jugement rendu par le tribunal correctionnel de Montauban, qui n’était pas satisfait de la sanction sous forme de 1.000 euros d’amende requise initialement par le parquet. La femme s’est également vue interdire de posséder un animal.

Lire aussi:

«C'est n'importe quoi!»: l’exécutif dément les dates du déconfinement annoncées en direct par Hanouna
«Aphrodisiaque», la viande de chien est réservée aux hommes, dans le nord du Togo
Covid-19, en continu: un total de 5.655 morts enregistré en Angleterre
Tags:
condamnation, animaux, Tarn-et-Garonne, morts, chiens
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook