France
URL courte
171065
S'abonner

En voulant défendre une jeune femme agressée par plusieurs individus qui tentaient de lui voler son portable lundi 13 janvier dans un tramway à Nantes, un homme de 41 ans a été violemment pris à partie. Cinq suspects ont été interpellés et placés en garde à vue.

Un homme a été pris à partie par cinq individus alors qu’il défendait une femme d’une tentative de vol de téléphone portable lundi 13 janvier, vers 23 h, sur la ligne 3 du tramway à Nantes, à un arrêt situé près du rond-point de Vannes, rapporte Ouest-France.

Selon le quotidien, un passager de 41 ans a remarqué plusieurs individus encercler une femme et lui reprocher de ne pas leur répondre alors qu’elle avait ses écouteurs dans les oreilles et son smartphone à la main.

Le média ajoute que l’homme devait descendre au prochain arrêt mais a préféré rester dans le tramway pour aider la jeune femme. Alors qu’il tentait de s’interposer, les individus l’ont agressé. Un des malfaiteurs l’a frappé à la tête avec une bouteille avant de l’asperger de gaz lacrymogène.

Le poste de commande centralisé (PCC) de la Semitan a été prévenu de l’incident. La brigade anti-criminalité s’est rendue sur place à la recherche des suspects en fuite vers Beauséjour.

Ouest-France précise que cinq des six individus, âgé de 16 à 31 ans, ont été interpellés un peu plus tard. Les forces de l’ordre ont retrouvé sur eux une gazeuse et un poing américain caché dans une attelle. Ils ont été alors placés en garde à vue pour violences volontaires.

Une enquête a été ouverte. L’homme blessé a été pris en charge par les secouristes.

Lire aussi:

Lalanne risque cinq ans de prison pour son appel à l’armée visant à destituer Macron
Il braque un bar-tabac dans l'Oise puis entame une carrière de gendarme en Turquie
«Le jour de son agression, Yuriy avait un tournevis dans sa poche», selon BFM TV
«Scandalisé» par Génération identitaire, Darmanin met à l'étude sa dissolution
Tags:
police, vol, agression, Nantes, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook