France
URL courte
Pavlenski publie des vidéos X de Benjamin Griveaux (56)
39567
S'abonner

Alors que Piotr Pavlenski, qui a diffusé les vidéos à caractère sexuel de Benjamin Griveaux, a été interpellé le 15 février, sa compagne a également été placée en garde à vue, selon le parquet de Paris.

La compagne de l'artiste russe Piotr Pavlenski, soupçonnée d'avoir été la destinataire des vidéos intimes ayant poussé Benjamin Griveaux à retirer sa candidature à la mairie de Paris, a été placée en garde à vue samedi soir, a annoncé le parquet de Paris.

Selon le parquet, elle a été placée en garde à vue pour «atteinte à l'intimité de la vie privée» et «diffusion sans l'accord de la personne d'images à caractère sexuel», dans le cadre de l'enquête ouverte samedi à la suite du dépôt de plainte de M. Griveaux.

Piotr Pavlenski, «artiste» russe qui affirme être à l'origine de la diffusion des messages et des vidéos X, a été placé en garde à vue dans l’après-midi du samedi 15 janvier à Paris.

Qui est cette femme?

Selon BFM TV, il s'agit d'une jeune de 29 ans, originaire de Metz. Elle dit être en couple avec le Russe depuis janvier 2019. Les vidéos, dont elle était la destinataire, ont été tournées en 2018.

Griveaux porte plainte

Benjamin Griveaux a par ailleurs porté plainte pour «atteinte à l'intimité de la vie privée», a fait savoir le parquet de la capitale française. Pour rappel, depuis l’adoption de la loi «pour une République numérique», la mise en ligne de photos et vidéos pornographiques sans le consentement d’autrui à des fins de vengeance («revenge porn») est passible de deux ans d’emprisonnement et de 60.000 euros d’amende.

Dossier:
Pavlenski publie des vidéos X de Benjamin Griveaux (56)

Lire aussi:

Où est passé le navire ayant apporté le nitrate d’ammonium à Beyrouth?
Six touristes français tués dimanche au Niger par des hommes armés
Les Français tués au Niger étaient en mission humanitaire, selon la Défense nigérienne
Tags:
Piotr Pavlenski, Benjamin Griveaux, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook