France
URL courte
Face au coronavirus, la France passe en confinement (168)
263862
S'abonner

Des affrontements entre jeunes et forces de l'ordre ont eu lieu le 5 avril au soir dans le nord de Bordeaux, sans pour autant faire de blessés. Toutes sortes de projectiles, dont un frigo, ont été lancés contre les policiers. Trois personnes ont été interpellées.

Malgré le confinement lié à l’épidémie de Covid-19, Bordeaux a été le 5 avril au soir le théâtre d’affrontements entre des jeunes et les policiers venus pour tenter de faire respecter les mesures de confinement imposées face à l’épidémie du nouveau coronavirus, rapporte France Bleu.

Des équipages de la compagnie d'intervention de Bordeaux ont été dépêchés dimanche vers 19 heures pour disperser des jeunes qui jouaient au football quand d'autres s’adonnaient à un rodéo sauvage, violant ainsi le confinement.

Un renfort nécessaire

La vingtaine de policiers arrivés sur place se sont retrouvés sous une pluie de projectiles, dont des pierres et des pavés. D'autres jeunes leur envoyaient des objets depuis des balcons des immeubles. Un réfrigérateur s'est même écrasé à leurs pieds.

Des CRS ont dû être appelés en renfort. Après plus de trois heures d'échauffourées avec usage de gaz lacrymogènes, les jeunes divisés en petits groupes mobiles ont été dispersés.

«Ce n'était pas un guet-apens», assure un syndicat de police cité par France Bleu. La tension est subitement montée d’un cran, après de nombreuses verbalisations pour non-respect du confinement, selon lui.

Heureusement, aucun blessé n’est à déplorer. Trois jeunes ont été interpellés pour «violences volontaires en réunion» et conduits au commissariat de Bordeaux.

Dossier:
Face au coronavirus, la France passe en confinement (168)

Lire aussi:

Importante flambée des hospitalisations en France pour la première fois en plus de deux mois
Un professeur juge le décolleté d'une collégienne de 14 ans provocant, elle se sent «humiliée» - photo
Le bras droit de Raoult assure que tout s'améliore à Marseille et ne comprend pas la décision du gouvernement
Tags:
violences, confinement, France, Bordeaux
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook