France
URL courte
2126
S'abonner

Bolloré Transport & Logistics, filiale du groupe Bolloré notamment en République Démocratique du Congo, a été la cible mi-mai d'une cyberattaque de type rançongiciel par un groupe de hackers, écrit le Parisien ce 24 mai. Ils menacent de divulguer des données et demandent une rançon.

Ce week-end, NetWalker, un groupe de hackers, a revendiqué le piratage de données internes d’une filiale en République démocratique du Congo du groupe français Bolloré, rapporte Le Parisien.

L’entreprise a reconnu dans un communiqué avoir été «la cible d'une cyberattaque de type rançongiciel sur une partie de ses serveurs» le 14 mai.

«Bolloré & Transport Logistics RDC a immédiatement pris des mesures de protection spécifiques afin d'arrêter la propagation du rançongiciel», précise le document.

Compte à rebours fixé à une semaine

L'incident a été «circonscrit», a souligné le groupe contacté par Le Parisien. Et de préciser:

«Des investigations sont en cours afin d'évaluer la nature des informations qui auraient pu être rendues accessibles à des tiers».

Comme l’écrit le média, les cybercriminels viennent de publier sur le réseau Internet alternatif TOR des preuves de leur piratage: des captures d'écran de fichiers comptables ainsi que des factures pour des clients et des prestataires locaux et internationaux.

Les hackers menacent de divulguer à grande échelle les données si la société ne leur verse pas une rançon. Le compte à rebours a été fixé à une semaine. Bolloré & Transport Logistics a porté plainte en République Démocratique du Congo.

Lire aussi:

Rouen: sept policiers hors service agressés par une vingtaine de jeunes individus
Maroc: ce mal criminel attaque les enfants dans un silence de plomb
Les États-Unis saisissent pour la première fois une cargaison iranienne, en toute illégalité
Tags:
cyberterrorisme, rançon, piratage, République démocratique du Congo (RDC), France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook