France
URL courte
23520
S'abonner

D’ici 2024, le groupe au losange envisage de supprimer 5.000 postes via le non-remplacement de salariés partant à la retraite, rapporte Le Figaro.

Le plan d’économies de 2 milliards d’euros qui doit être présenté par la direction de Renault vendredi 29 mai s’accompagnera d’un plan de suppression de 5.000 postes d’ici 2024, relate Le Figaro.

Selon les informations du quotidien, ce projet de réduction d’effectifs «privilégiera le non-remplacement de salariés partant en retraite» au lieu de «recourir à un plan de départs volontaires coûteux et mal ciblé».

Le quotidien rappelle qu’en 2013, le constructeur français avait procédé à la suppression de 7.500 postes, soit 17% des effectifs. Donc, le prochain «coup de serpe» sera «moins aigu», indique Le Figaro en soulignant que le gouvernement ne s’est pas opposé à cette nouvelle restructuration.

Cinq milliards d’euros promis par le gouvernement

Dans le même temps, les projets de fermeture de sites à Choisy, Dieppe et Caudan seront détaillés. Quant au site de Maubeuge, dont une partie de l’activité devait être transférée à Douai, il fera l’objet d’une table ronde réunissant syndicats, élus et direction, à la demande du Président de la République, explique le journal.

Mardi 26 mai, Emmanuel Macron a déclaré que le prêt de cinq milliards d’euros promis par le gouvernement au constructeur «ne saurait être consenti avant que ces discussions aboutissent».

Lire aussi:

Un élève de dix ans nommé Jihad mord son enseignante devant toute sa classe dans le Val-de-Marne
Ce que l’on sait de l’arme utilisée par le terroriste pour décapiter le professeur Paty
Les anciens amis du terroriste de Conflans témoignent
«La lutte contre l’islamisme radical ne plaît pas à tous»: le drôle de limogeage d’un commissaire des Yvelines
Tags:
emploi, Renault Group, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook