France
URL courte
16438
S'abonner

Un dispositif de protection des femmes en cas de harcèlement de rue est en train d’être élaboré par le gouvernement, a indiqué Marlène Schiappa à France Info. Le projet prévoit que toute femme pourrait immédiatement se réfugier dans un endroit labellisé en disant la phrase «Je demande à voir Angela».

Afin de protéger les femmes face au harcèlement de rue, un plan gouvernemental appelé «dispositif Angela» a été proposé, a déclaré le 28 mai Marlène Schiappa, secrétaire d'État à l'Égalité entre les femmes et les hommes, dans un entretien accordé à France Info.

Le projet est censé permettre aux femmes de signaler immédiatement les faits:

«Les femmes pourront rentrer dans tous les lieux labellisés - les bars, restaurants, mais ça peut être aussi des commerces, également des pharmacies - quant elles sont suivies, qu'elles se sentent en insécurité dans la rue et dire simplement "Je demande à voir Angela"», a précisé la secrétaire d’État.

Il couvrira toute la France

Ce réseau d’endroits sûrs où les femmes pourront se réfugier à défaut de la présence sur les lieux des forces de l’ordre s’étendra autant que possible. Le gouvernement prévoit de collaborer avec ONU Femmes pour mettre en place ce dispositif sur tout le territoire français, a-t-elle poursuivi:

«Au début, on en aura peut-être 5, 10, 20, 50, et puis ensuite, ça ira plus loin».

Elle s’est référée à la période de confinement, quand les autorités ont réussi à élargir le nombre d’endroits dans lesquels les femmes pouvaient s’abriter des violences conjugales:

«En à peine un mois et demi de dispositif, on a trouvé près d'une centaine de lieux partenaires sur tout le territoire qui étaient disposés à mettre à disposition un espace. Là, il suffit juste de se porter volontaire».

Certains pays ont déjà introduit un tel dispositif. Par exemple, celui qui s’applique dans certains bars aux États-Unis a déjà prouvé son efficacité, a souligné Mme Schiappa. 

Durcissement de la loi

En ce qui concerne les sanctions contre le harcèlement de rue, les suspects pourraient être visés par des mesures plus strictes «en cas de récidive aggravée par des faits délictuels», selon une proposition commune avec la ministre de la Justice, a fait savoir la secrétaire d’État. Ils devraient faire l’objet d’arrestation et de comparution immédiate devant le tribunal, a-t-elle ajouté.

Lire aussi:

Plus de 1.500 militaires français se déploient dans les Alpes pour faire face à «l’affrontement majeur»
Le président de l’UFC accuse McGregor d’avoir fait «l’une des choses les plus sales», l’Irlandais rétorque
Un homme condamné après avoir refusé de serrer la main d’une préfète
Tags:
protection, femmes, harcèlement, Marlène Schiappa
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook