France
URL courte
4241156
S'abonner

Une vidéo tournée à Paris le 31 mai et censée être partagée sur les réseaux sociaux devait montrer une fausse interpellation raciste. Trois hommes vêtus de véritables uniformes de police ont été arrêtés et placés en garde à vue.

La Brigade anticriminalité (BAC) a empêché la mise en scène d’une interpellation à caractère raciste, relate Actu 17.

Un groupe de personnes dont trois avec de vrais uniformes de police a attiré l’attention des fonctionnaires à Paris (XVe) le 31 mai dans l’après-midi. Ils ont rapidement compris qu’il s’agissait de faux agents.

Les fonctionnaires ont procédé à un contrôle pour découvrir qu’un tournage réalisé sans aucune autorisation était en cours. Les faux policiers, des figurants et un prétendu réalisateur y participaient.

Jeter le discrédit sur la police

Les faux policiers ont été arrêtés pour usage d’une fausse qualité, selon une source policière. Le réalisateur et le caméraman, conduits au commissariat, font l’objet d’une enquête préliminaire. Lors de leurs auditions, ces deux derniers, âgés de 19 et 26 ans, auraient raconté que l’idée était de mettre en cause les forces de l’ordre.

Selon le scénario, les trois policiers devaient arriver devant un petit magasin pour un vol. Ils devaient laisser partir le voleur, de type européen, avant d’interpeller un individu d’origine africaine sortant de la supérette.

L’idée était donc de dénoncer le racisme dans la police nationale, sur fond de troubles aux États-Unis suite à la mort de George Floyd à Minneapolis.

Les enquêteurs ont également découvert dans les uniformes saisis des affaires appartenant à un policier affecté à Paris.

Les trois faux agents ont été remis en liberté le 1er juin.

Lire aussi:

Ces bonnes habitudes à prendre pour perdre du poids, selon une nutritionniste
Deux ex-agents secrets français condamnés à 8 et 12 ans de prison pour trahison
La diplomatie russe ironise sur les propos de Trump concernant ses nouveaux missiles
Tags:
racisme, France, police, Paris
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook