France
URL courte
7518
S'abonner

Un habitant de La Queue-en-Brie (Val-de-Marne) a décidé qu’il était victime de tirs de mortier et est sorti dans son jardin en slip et avec un fusil à pompe, rapporte le 9 juin Le Parisien. Il a été interpellé.

Muni d'un gilet pare-balles lourd et de sa Winchester SXP équipée d'une lampe tactique, un homme est apparu dans son jardin à La Queue-en-Brie (Val-de-Marne), prêt au combat, écrit Le Parisien.

Ce père de famille était persuadé qu’il était visé par des tirs de mortier.

Interpellé pour port et détention d'arme prohibée

Lorsque les policiers se sont rendus sur place, ils ont vu un individu en slip avec deux prothèses aux jambes. Le signe de ralliement du groupuscule «Nomad 88», tatoué, était visible en haut de son bras gauche.

L’homme a été interpellé pour port et détention d'arme prohibée. Les fonctionnaires ont de plus retrouvé dans le coffre-fort du pavillon une grenade démilitarisée, une carabine 22 long rifle, un gilet tactique, des vêtements militaires, deux insignes de la police, des talkies-walkies et une vingtaine de couteaux de chasse.

«C'est quelqu'un de serviable»

Ses voisins ont été étonnés en apprenant la nouvelle.

«Lui? Ce n'est pas possible. Nos enfants jouent ensemble. C'est quelqu'un de serviable, sans problème», a dit une riveraine citée par Le Parisien.

Il s’est toutefois avéré par la suite que le père de famille était frappé depuis 2017 d'une interdiction de détention d'armes. En outre, en 2010, il avait été condamné pour avoir participé deux ans plus tôt à une fusillade dans une cité de Saint-Michel-sur-Orge (Essonne).

Lire aussi:

Ces 11 pays qui n’ont toujours pas de cas déclarés de coronavirus depuis le début de la pandémie
Christian Estrosi cible Olivier Véran et Jean-Michel Blanquer à propos de la pandémie
L’Allemagne installera des soldats en France, Paris parle de «révolution»
Covid-19: Quand la cheffe de file de la gauche marocaine verse dans le complotisme décomplexé
Tags:
tir au mortier, fusil, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook