France
URL courte
Élections municipales de 2020 en France (95)
7206
S'abonner

La candidate LR à la mairie de Paris a été prise à partie par Frédérique Calandra, actuelle maire LREM du XXe arrondissement de Paris, qui lui reproche de jouer sur ses origines après un entretien riche en émotions sur le plateau de Canal+ dans lequel elle a évoqué son parcours difficile en tant que femme d’origine étrangère.

La campagne des municipales à Paris semble bel et bien relancée. La candidate des Républicains (LR) Rachida Dati a été plusieurs fois la cible de Frédérique Calandra, maire du XXe arrondissement, fervent soutien d’Agnès Buzyn. Elle reproche à la candidate de droite d’avoir évoqué, non sans émotions, les difficultés éprouvées au cours de sa vie et de sa carrière en raison de ses origines sur le plateau de Clique, sur Canal+.

«C’est insupportable. Elle a été ministre de la Justice et son parcours est marqué par la réussite sociale et désormais elle met sa vie passée, affreuse, en avant. Elle se moque de qui? Elle doit choisir», s’est indignée Mme Calandra, citée par Le Parisien.

Sur Twitter, Rachida Dati avait également interpellé Agnès Buzyn, son directeur de campagne Paul Midy ainsi que le délégué général d’En Marche, Stanislas Guérini, sur un article du Monde dans lequel des «macronistes» affirment qu’elle représente «la droite dure», jugeant leurs différences «extrêmes». «Qu’est-ce que qui vous gêne chez moi? Mon nom? Mon prénom? Mon origine sociale?», a-t-elle réagi.

Une intervention qui a elle aussi provoqué la réaction de Frédérique Calandra. «Pas vous, pas ça! Vous ne pouvez jouer sans cesse sur les 2 tableaux, la “républicaine“ et la victime identitaire», a-t-elle répondu, ajoutant qu’elle incarne «la droite réactionnaire, homophobe et inégalitaire».

Des propos «diffamatoires»

La réaction de l’ancienne ministre de Nicolas Sarkozy ne s’est pas fait attendre: «vos propos sont diffamatoires et tombent sous le coup de la loi. Je saisis immédiatement mon avocat».

Elle a ensuite précisé au Parisien pourquoi, selon elle, Mme Calandra l’attaque de la sorte: «Elle est arrivée 4e chez elle et ne sera même pas conseillère de Paris. […] Elle considère que perdu pour perdu, elle peut tout dire».

La bataille est lancée entre les différents candidats à la mairie de Paris, d’autant que Marine Le Pen a déclaré mercredi 10 juin au micro de France Inter qu’Anne Hidalgo était «la pire maire de Paris», affirmant que si elle avait la possibilité de voter dans la capitale, elle choisirait Rachida Dati.

Dossier:
Élections municipales de 2020 en France (95)

Lire aussi:

Des policiers visent la foule lors d’un contrôle de masque qui dégénère à Paris - vidéo
Une rixe entre militaires et policiers se termine par deux blessés et trois gardes à vue
Assassinat du général Soleimani: Téhéran dévoile ceux qui seront ciblés par vengeance
Tags:
diffamation, origine, accusations, maire, Paris, élections municipales en France (2020), Rachida Dati
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook