France
URL courte
4388
S'abonner

Avec «Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde», Philippe de Villiers livre les détails de sa rencontre avec Emmanuel Macron en 2016, critique sa gestion de la crise du coronavirus et sa vision d’un «nouveau monde» qui va à l’encontre du souverainisme.

Mercredi 10 juin, Philippe de Villiers a sorti son livre «Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde», ouvrage de 150 pages peu élogieuses envers Emmanuel Macron. Après sa rencontre en 2016 avec celui qui était encore ministre de l’Économie, il s’estime déçu et souhaite exercer son «droit de suite».

Le rendez-vous s’était fait au Puy du Fou, le parc d’attractions créé par M.de Villiers et récemment rouvert (avant bien d’autres parcs en France). M.Macron, ayant prévu de démissionner de son poste de ministre, y évoquait déjà ses ambitions présidentielles car «il y a de l’espace», dans un extrait révélé par Le Parisien.

Face aux déclarations du Vendéen contre le traité de Maastricht et sur les élites progressistes qui veulent «liquider les nations», Macron avait répondu qu’il était venu «pour contredire, par la force du symbole, ce soi-disant progressisme». Les deux hommes avaient ensuite discuté souverainisme, point sur lequel ils semblaient être «sur la même longueur d’onde».

Déçu par Macron

Force est de constater qu’Emmanuel Macron, une fois en poste, n’a pas pris la direction qu’il avait évoquée quelques années plus tôt. Déçu, Philippe de Villiers dépeint le «en même temps» du Président:

«Il passe d’une rive à l’autre, et offre à ses amis, dans l’instant, le témoignage d’une conviction sincère. Je le crois capable d’empathie pour moi et d’amitié pour Cohn-Bendit. En réalité, le docteur Macron écoute Cohn-Bendit et le Mister Emmanuel entend Villiers».

Macron ne lui a dit que ce qu’il voulait entendre, résume le journal Marianne. Philippe de Villiers s’en prend alors au «Président mutant», produit du «Nouveau Monde» et «de l’empire du management, du messianisme financier et du libéralisme sociétal», avant d’évoquer sa gestion de la crise sanitaire.

Un changement d’opinion après la crise du coronavirus?

Dans son ouvrage, de Villiers estime que le confinement était une erreur car «on a oublié les morts au tribunal du commerce». Il se réjouit cependant que cette crise semble avoir fait changer d’avis le chef de l’État sur la direction à prendre. «Aujourd'hui, l'apôtre de la mondialisation connaît à son tour le chemin de Damas», indique-t-il, en référence au discours d’Emmanuel Macron du 13 avril dans lequel il a promis de se «réinventer».

Dans sa note finale dévoilée par Le Figaro, il évoque une vague de souverainisme qui semble revenir en France, un signe que «l’Ancien Monde» refait surface et remplacera «la trinité salvatrice – le Marché, l’individu, l’Europe – qui servait de credo à la classe politique». «Quand nous allons revivre, l’esprit déconfiné, il faudra refaire un peuple amoureux. La France est un roman d’amour», conclut-il.

Lire aussi:

Combats sanglants dans l’Himalaya: «l’armée indienne ne fait vraiment pas le poids face à l’armée chinoise»
Ces 11 pays qui n’ont toujours pas de cas déclarés de coronavirus depuis le début de la pandémie
L’Allemagne installera des soldats en France, Paris parle de «révolution»
Tags:
souverainisme, déception, Puy-du-Fou, Covid-19, Nouveau monde, livre, Emmanuel Macron, Philippe de Villiers
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook