France
URL courte
133126
S'abonner

Pour remplir un formulaire d’obtention d’un titre de séjour en France, l’administration de la préfecture de l’Essonne a demandé de lui déclarer sa flamme, à elle et à ses agents. La phrase a été retirée.

Un nouvel élément est récemment venu compléter le formulaire de demande d’un titre de séjour en France. En tout cas, concernant le formulaire de la préfecture de l'Essonne. En effet, l'administration demandait:

«Merci d'indiquer un argumentaire de 30 lignes sur votre amour de la France, du respect des valeurs républicaines et tout particulièrement de la préfecture de l'Essonne et de ses agents.»

Une demande qui a profondément étonné les associations d'aide aux sans-papiers.

«Une initiative individuelle»

Il faudrait plutôt parler de raisons pour lesquelles on souhaite vivre en France, estime Nadia Nguyen Quan, de Réseau éducation sans frontières (RESF) 91, citée par Le Parisien.

«La formulation amour est inappropriée, même pour évoquer la France», a-t-elle souligné.

Qui plus est, la préfecture de l'Essonne prie en outre d’argumenter de son amour pour ses agents.

«Je serais bien embêtée de décrire mon amour pour la préfecture, a poursuivi Nadia Nguyen Quan. Que dire? Je n'éprouve pas non plus d'affection pour elle. Quant aux agents, ils respectent les consignes qu'on leur donne.»

La préfecture a affirmé dans un communiqué que la phrase avait été retirée ce 19 juin au matin et qu’elle relevait «d'une initiative individuelle inappropriée qui n'avait, bien sûr, fait l'objet d'aucune validation», a ajouté le journal.

Lire aussi:

Une voiture a percuté la grille d’entrée de la chancellerie d’Angela Merkel à Berlin - photos, vidéo
Des lance-roquettes multiples US déployés en Roumanie: «un message» pour la Russie, selon Forbes
Les bars ne rouvriront pas avant le 1er février, selon Europe 1
Premières images de la chancellerie d’Angela Merkel après qu’une voiture a foncé dans la grille d'entrée - vidéo
Tags:
Essonne, préfecture, titre de séjour, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook