France
URL courte
14240
S'abonner

Impliqué depuis juillet 2019 dans une affaire de dîners fastueux aux frais de l’État, François de Rugy a reconnu avoir fait «des erreurs» et «quelque chose de pénible». Plutôt discret depuis le scandale, l’ex-ministre de la Transition écologique, invité sur RMC, a dénoncé un emballement médiatique «dérisoire et même injuste».

Onze mois après l’éclatement du scandale des dîners privés de luxe organisés avec de l’argent public par François de Rugy, l’ex-ministre de la Transition écologique est revenu sur l’épineuse affaire dans l’émission des Grandes gueules sur RMC.

«C'est quelque chose qui a été évidemment pénible. J'ai sans doute fait des erreurs, je le reconnais c'est évident», a lancé le député de Loire-Atlantique de La République en marche.

L’ancien président de l’Assemblée nationale a tenu à souligner qu’il ne réclamait pas pour autant de «droit à l’erreur»:

«Je considère que j'ai payé au sens propre et au figuré, j'ai démissionné parce que j'ai fait primer l'intérêt collectif du Président, du gouvernement, de la majorité sur mon intérêt individuel.»

D’après l’ancien ministre qui s’est mis «en retrait», dans de pareilles situations «tout le monde n’agit pas comme ça»:

«Au bout d’onze mois avec tout ce qui s'est passé, l'emballement médiatique de l'époque sans équivalent apparaît un peu dérisoire et même injuste à l’égard de beaucoup de gens» qui l’abordent dans la rue pour lui exprimer son soutien.

Il a tenu à mettre en valeur le fait de n’avoir jamais été mis en cause judiciairement, car selon l’association Anticor rien ne relève de ce domaine.

Affaire de Rugy

L’ancien ministre de la Transition écologique François de Rugy a présenté sa démission du gouvernement le 16 juillet après avoir été mis en cause par Mediapart pour ses dépenses datant de l’époque où il était président de l'Assemblée nationale.

François de Rugy a organisé au minimum une dizaine de dîners luxueux «aux frais de la République» entre 2017 et 2018, lorsqu’il était président de l’Assemblée nationale, avait affirmé alors Mediapart dans une enquête publiée le 10 juillet. Lors de ses dîners, il a proposé aux invités du homard et se servait dans les caves à vins de l'Assemblée nationale, le prix d’une bouteille de grand cru s’élevant à plus de 500 euros.

M.de Rugy a par ailleurs porté plainte contre Mediapart pour diffamation, le procès devant avoir lieu en février 2021.

Lire aussi:

Un chef partage son secret pour des pommes de terre rôties parfaites 
Un homme «neutralisé» à Paris après avoir tenté d'attaquer des policiers au couteau
Un puissant séisme frappe la Grèce et la Turquie, plusieurs morts et plusieurs centaines de blessés - images
Tags:
homard, plainte, Mediapart, François de Rugy
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook