France
URL courte
7911
S'abonner

Un jeune engagé de 18 ans et un sergent de 28 ans du 126e régiment d'infanterie (RI) de Brive, en Corrèze, ont été condamnés le 6 juillet pour avoir tiré à blanc sur un automobiliste lors d'une nuit arrosée. Ils ont écopé d’un an et demi de prison avec sursis et devront chacun verser 1.500 euros à ce conducteur qui s’est avéré être un gendarme.

Deux militaires du 126e RI, régiment emblématique de Brive, ont été condamnés le 6 juillet pour avoir tiré à blanc sur un automobiliste «pour s’amuser», relate La Montagne.

Selon le quotidien, dans la nuit du 2 au 3 juillet, trois soldats, dont deux étaient ivres, qui circulaient en voiture dans le secteur de l’avenue Bernadette et Jacques Chirac à Brive-la-Gaillarde, ont semé la panique. Les militaires ont pris en chasse un automobiliste, l’un a pointé une arme dans sa direction et a tiré à blanc. Le hasard a fait que cet inconnu était un gendarme en civil qui venait de finir son service et qui regagnait son domicile. Puis, la victime a pris en chasse les poursuivants et a réussi à relever leur plaque d’immatriculation et les images de vidéosurveillance ont permis de les identifier.

D’après le média, les trois suspects ont été interpellés le 3 juillet et placés en garde à vue. Le procès de deux d’entre eux, un jeune engagé de 18 ans qui était au volant et son passager, un sergent de 28 ans, s’est tenu le 6 juillet au tribunal correctionnel de Brive-la-Gaillarde. Le troisième militaire a été mis hors de cause, car il se trouvait à l’arrière de la voiture et est resté totalement passif. C’est le jeune engagé qui a sorti l’arme de poing qui se trouvait sous son fauteuil, avant que le sergent ne tire en l’air.

Ils ont été présentés à la justice lors d’une procédure accélérée. Face aux enquêteurs, ils ont reconnu les faits.

Une peine d’un an et demi de prison avec sursis

«Ils sont prêts à donner leur vie pour la Nation et ils ont un comportement de voyous», a souligné le procureur de la République. Il a été établi qu’ils ont tiré en l’air avec des cartouches à blanc à au moins huit reprises.

«Ils ont fait demi-tour pour me prendre en chasse au niveau du pont Cardinal, en direction de Malemort, en collant leur véhicule à un mètre du mien. À un feu rouge, leur voiture s’est portée à ma hauteur et le passager m’a mis en joue», a raconté au tribunal le conducteur.

La victime a eu droit à 15 jours d'arrêt de travail; en revanche, elle n'a pas obtenu d'interruption temporaire de travail (ITT).

Les deux militaires ont écopé d’un an et demi de prison avec sursis et devront chacun verser 1.500 euros au gendarme ciblé par le tir. L’armée devra statuer sur leur contrat. Leur avenir professionnel est en suspens.

Lire aussi:

L'armée américaine se préparerait à frapper l'Iran, selon un spécialiste israélien
Un homme tabassé par trois policiers à Paris, qui ont de plus menti dans leur rapport – vidéo choc
Ces 17 millions de Français seront prioritaires pour obtenir le vaccin anti-Covid
Les derniers mots de Maradona dévoilés par une chaîne de télévision
Tags:
prison, militaires, gendarmes, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook