France
URL courte
9815
S'abonner

Des policiers sont parvenus à maîtriser un homme venu les menacer avec des couteaux, devant leur commissariat à Paris. Le forcené, alcoolisé, pourrait souffrir de troubles mentaux.

Une tentative d’agression à l’arme blanche a eu lieu devant un commissariat du XVIIIe arrondissement, rapporte le Parisien. Un homme de 56 ans s’est présenté à l’entrée de l’établissement où était posté un agent en faction. Il tenait des propos incohérents et a fini par sortir deux couteaux dont il s’est servi pour menacer des policiers.

Les agents se sont alors mis en position de défense et ont ordonné au forcené de lâcher ses armes blanches. Mais l’individu ne s’est pas exécuté, incitant au contraire les forces de l’ordre à ouvrir le feu, affirmant qu’il souhaitait mourir.

Un policier lui a alors tiré dessus à deux reprises avec un pistolet à impulsion électrique qui n’a pas eu l’effet escompté.

Dépressif et alcoolisé?

Après de nouvelles négociations, l’homme a finalement accepté de lâcher ses couteaux et de s’asseoir par terre. Il a ainsi pu être maîtrisé.

Les policiers ont alors emmené le quinquagénaire, qui sentait fortement l’alcool, à l’intérieur du commissariat. Ils ont découvert un troisième couteau lors de la fouille. Les fonctionnaires ont aussi remarqué qu’un ardillon du pistolet à impulsion électrique était resté planté dans le ventre du forcené. L’homme a été pris en charge par les pompiers et transporté à l’hôpital Bichat.

La femme de l’agresseur a confié aux enquêteurs que son mari souffrait d’une dépression. Des investigations sont en cours pour faire toute la lumière sur cet incident.

Lire aussi:

Le ministre marocain de la Santé explique que l’hydroxychloroquine est la cible de l’industrie pharmaceutique - exclusif
Diego Maradona est décédé à l'âge de 60 ans
Il faut mettre les migrants «dans des avions pour les renvoyer chez eux» plutôt que de les disperser, estime Zemmour
Tags:
Paris, dépression, police, agression, arme blanche
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook