France
URL courte
Par
72365
S'abonner

Une note diffusée par la préfecture de police de Paris annonce l’interdiction du port de la «cotte BAC» aux policiers qui ne font pas partie de cette brigade, a révélé Le Point. Ignifugée et plus confortable, cette tenue était également portée par des agents au contact des délinquants.

Le nouveau ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a déclaré le 8 juillet lors de sa rencontre avec les syndicats de police qu’il serait le «ministre du quotidien des policiers» et leur donnerait les moyens pour accomplir leur mission. Une note diffusée deux jours plus tôt par le préfet Didier Lallement et sa directrice de la sécurité de proximité de l’agglomération parisienne, Valérie Martineau, est pourtant allée à l’encontre de cette déclaration.

Révélée par Le Point, elle annonce l’interdiction du port de la tenue ignifugée protectrice «cotte BAC» par les agents qui ne font pas partie de la brigade anticriminalité (BAC). Auparavant, les fonctionnaires des compagnies de sécurité et d’intervention (CSI) et des groupes de sécurité de quartier (GSQ) avaient l’autorisation de l’enfiler lors de leurs opérations de lutte contre la délinquance de proximité, parfois dangereuses.

La préfecture de police de Paris a justifié cette décision par un risque de rupture des stocks de ce type d’équipement, désormais uniquement réservé aux effectifs de la BAC. «C'est donc pour des raisons purement budgétaires que tous les policiers ne peuvent pas bénéficier de la sécurité optimale», estime le magazine.

Exposés à la violence

Toujours selon Le Point, les unités qui assurent la sécurité au quotidien dans les quartiers sont régulièrement la cible de tirs de mortiers d’artifices et de jets de cocktails Molotov, justifiant la nécessité d’une telle protection. Le syndicat Alliance a saisi le préfet afin qu’il revienne sur sa décision qui «insécurise les policiers».

Lire aussi:

Joe Biden se fracture le pied en jouant avec son chien - images
Un Français assassiné au Mexique pour ses grands crus
«L'Europe est devenue la chambre à gaz de George Soros», affirme un responsable hongrois
Tags:
sécurité, équipements, Préfecture de police de Paris, Didier Lallement, police, Brigade anti-criminalité (BAC)
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook