France
URL courte
468202
S'abonner

Dans un entretien accordé au JDD, le nouveau garde des Sceaux s’est prononcé en faveur du rapatriement des Français détenus dans d’autres pays pour appartenance à des groupes djihadistes.

Le nouveau ministre de la Justice Éric Dupond-Moretti a promis d’être «un militant infatigable» pour défendre des Français encourant la peine capitale, y compris les djihadistes ayant fait la guerre en Irak comme en Syrie.

«Je serai un militant infatigable pour défendre des Français – car ils sont Français qu’on le veuille ou non – qui encourent la peine de mort. Nous continuerons d’agir en ce sens auprès des pays concernés», a déclaré le garde des Sceaux dans un entretien au Journal du Dimanche.

Dans ce contexte, il a rappelé que la France «célébrera l’an prochain le quarantième anniversaire de l’abolition de la peine de mort».

À l’heure actuelle, près de 150 djihadistes français et leurs près de 300 enfants sont détenus en Syrie et en Irak. Interrogé sur ce même sujet par LCI il y a un an et demi, le pénaliste s’était déjà prononcé en faveur de leur rapatriement pour qu’ils «aient droit à un procès équitable».

Le Drian en Irak

Ces déclarations interviennent après la visite surprise du chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian en Irak où sont détenus 11 Français condamnés à mort pour appartenance à Daech*.

À Bagdad, M.Le Drian a appelé à «ne pas baisser la garde» contre les djihadistes et à poursuivre les opérations contre Daech* qui conserve des cellules dormantes à travers le pays.

*Organisation terroriste interdite en Russie

Lire aussi:

Réacteur nucléaire «propre»: après l’abandon français, la victoire chinoise
Une star de TikTok décède après une fusillade dans un cinéma US
Crachats, injures, huées: des journalistes de nouveau pris à partie par des anti-pass – images
«État Mafia»: des manifestants anti-pass s’en prennent à un pharmacien à Montpellier - vidéos
Tags:
Eric Dupond-Moretti, France, djihadisme, rapatriement, Irak, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook