France
URL courte
498198
S'abonner

Dans un entretien accordé au JDD, le nouveau garde des Sceaux s’est prononcé en faveur du rapatriement des Français détenus dans d’autres pays pour appartenance à des groupes djihadistes.

Le nouveau ministre de la Justice Éric Dupond-Moretti a promis d’être «un militant infatigable» pour défendre des Français encourant la peine capitale, y compris les djihadistes ayant fait la guerre en Irak comme en Syrie.

«Je serai un militant infatigable pour défendre des Français – car ils sont Français qu’on le veuille ou non – qui encourent la peine de mort. Nous continuerons d’agir en ce sens auprès des pays concernés», a déclaré le garde des Sceaux dans un entretien au Journal du Dimanche.

Dans ce contexte, il a rappelé que la France «célébrera l’an prochain le quarantième anniversaire de l’abolition de la peine de mort».

À l’heure actuelle, près de 150 djihadistes français et leurs près de 300 enfants sont détenus en Syrie et en Irak. Interrogé sur ce même sujet par LCI il y a un an et demi, le pénaliste s’était déjà prononcé en faveur de leur rapatriement pour qu’ils «aient droit à un procès équitable».

Le Drian en Irak

Ces déclarations interviennent après la visite surprise du chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian en Irak où sont détenus 11 Français condamnés à mort pour appartenance à Daech*.

À Bagdad, M.Le Drian a appelé à «ne pas baisser la garde» contre les djihadistes et à poursuivre les opérations contre Daech* qui conserve des cellules dormantes à travers le pays.

*Organisation terroriste interdite en Russie

Lire aussi:

Référendum climat: «Emmanuel Macron est le plus grand prestidigitateur qu’on ait eu depuis très longtemps»
Rouée de coups et laissée nue en pleine nuit au bord de la route
Fiasco du vaccin français: «Nous assistons au dépérissement total de l’industrie française»
Joe Biden commente la lettre laissée par Donald Trump dans le Bureau ovale
Tags:
Syrie, Irak, rapatriement, djihadisme, France, Eric Dupond-Moretti
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook