France
URL courte
472555
S'abonner

Des militants du mouvement Black Lives Matter ont mis à terre, à Fort-de-France, en Martinique, les statues de Joséphine de Beauharnais, femme de Napoléon Bonaparte qui avait rétabli l'esclavage en 1802, et de Pierre Belain d'Esnambuc, lequel avait participé à la colonisation de l’île au XVIIe siècle.

À l’heure ou le mouvement Black Lives Matter continue de déferler sur les États-Unis, la vague de destruction de monuments considérés comme des symboles du passé colonial continue en Martinique. Après le renversement de la statue de Victor Schoelcher le 22 mai, des militants ont déboulonné, le 26 juillet à Fort-de-France, les statues de Joséphine de Beauharnais, femme de Napoléon Bonaparte qui avait rétabli l’esclavage en 1802, et du flibustier et colon Pierre Belain d’Esnambuc, rapporte RCI Martinique.

​Les monuments ont été renversés à coup de massue au son du tambour et sous les cris et applaudissements d’une centaine de manifestants. Du personnel de la mairie de Fort-de-France était présent sur place mais n'a pas tenté d'intervenir, selon Martinique La Première.

​Les militants ont ensuite traîné la tête séparée de la statue du colon avant de la jeter dans la cour de la préfecture.

L’appel à «faire disparaître les monuments» avant le 26 juillet avait été lancé sur les réseaux sociaux.

Le préfet de la Martinique a condamné, dans un communiqué, ces destructions tout en soulignant «une action inadmissible d’une minorité violente». Le maire de Fort-de-France Didier Laguerre voulait soumettre à son conseil municipal une délibération portant sur le démontage de la statue de Pierre Belain d'Esnambuc avant la fin du mois prochain, rappelle RCI. 

Des symboles de l’esclavage

La statue de Joséphine de Beauharnais, née en Martinique, avait été mise un peu à l’écart il y a plusieurs dizaines d’années. En 1991, elle avait été décapitée et éclaboussée de peinture rouge par des militants qui réclamaient déjà son retrait. Pierre Belain d’Esnambuc était quant à lui arrivé dans l’île en 1635 à la tête 150 hommes et avait fondé la ville de Saint-Pierre, ancien chef-lieu de l’île, rappelle le Huffington Post.

Un buste de Victor Schoelcher installé au centre-ville de Basse-Terre, le chef-lieu de la Guadeloupe, a légalement été démonté dans la nuit du 23 au 24 juillet.

Les cas de destruction de statues considérées comme glorifiant le passé colonial se multiplie à travers le monde à la suite de la mort de George Floyd aux États-Unis.

Lire aussi:

Le Président Aoun évoque l'hypothèse d'un «missile» ou d'une «bombe» dans la double explosion à Beyrouth
Une pétition demande un placement du Liban sous mandat français pendant dix ans
Perdu en mer, un jeune garçon survit en se rappelant les conseils d’un documentaire
Tags:
statue, esclavage, Martinique
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook