France
URL courte
3111550
S'abonner

Une fichée S a été condamnée par le tribunal correctionnel de Toulouse. Il lui est reproché d’avoir violenté et insulté un policier qui lui demandait d’enlever son voile intégral dans l’enceinte d’un commissariat. L’accusée, qui avait déjà eu affaire aux forces de l’ordre par le passé, assure avoir porté ce jour-là un masque.

Une Toulousaine de 40 ans a été condamnée pour outrages et violences sur personne dépositaire de l’autorité publique, rapporte La Dépêche. Elle a en effet pris à partie un policier qui lui demandait de retirer son voile intégral.

Les faits se sont déroulés dans un commissariat toulousain, alors que l’accusée venait émarger dans le cadre de son contrôle judiciaire. Fichée S, elle était en effet mise en cause dans une affaire d’apologie du terrorisme, incluant la détention d’images de propagande djihadiste.

Le jour de l’altercation, un fonctionnaire de police lui a demandé d’ôter son voile intégral, mais la tension est rapidement montée. La fichée S a forcé le passage dans le commissariat, obligeant l’agent à la maîtriser avec une clef de bras.

Durant son interpellation, l’accusée a tenté de frapper le policier, avant de lui arracher son masque de protection. Des insultes ont aussi été proférées.

Déjà contrôlée pour port du voile intégral

La fichée S nie pour sa part avoir porté un voile intégral ce jour-là, mais affirme qu’il s’agissait d’un hijab, laissant entrevoir son visage. L’ajout d’un masque chirurgical aurait selon elle induit le policier en erreur.

L’accusée avait cependant déjà été contrôlée pour des faits similaires. Dans la rue cette fois-ci, la police municipale lui avait enjoint de retirer son voile intégral. La fichée S avait alors traité les agents de «chiens de mécréants».

La quadragénaire est par ailleurs soupçonnée d’avoir voulu se rendre en Syrie avec ses quatre enfants.

Elle a finalement été condamnée à deux mois de prison ferme, qu’elle purgera sous bracelet électronique. La procureur avait pour sa part demandé six mois d’emprisonnement avec maintien en détention.

Lire aussi:

La France se dit «vivement préoccupée» par les affrontements dans le Haut-Karabagh et appelle à cesser les hostilités
En continu: les autorités du Haut-Karabagh décrètent la loi martiale et la mobilisation générale
Des chercheurs désignent la plus grande «ruse» du coronavirus
Tags:
djihadisme, islam radical, Toulouse, foulard islamique
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook