France
URL courte
9667177
S'abonner

Selon Nicolas Sarkozy, il n’est plus possible de «s’habituer» aux cas de violences enregistrées au cours des derniers mois en France, comme, par exemple, l'attaque du chauffeur de bus à Bayonne. Et ce n’est pas «une question de politique, de droite ou de gauche», estime l’ex-Président français.

Interrogé ce 31 août par BFM TV lors d’une séance de dédicaces à Paris, Nicolas Sarkozy est revenu sur la montée des violences en France ces dernières semaines. Selon l’ancien Président français, «on ne peut pas accepter» ce qui prend de plus en plus de place dans le quotidien des Français.

«Par moment je vois des choses et j'entends des choses qui me laissent sans voix tellement elles sont brutales et inhumaines. Voilà qu'on peut frapper un conducteur de bus à quatre, simplement parce qu'il demande de porter un masque. On ne peut pas s’habituer à ça. On ne peut pas accepter ça. Ce n'est pas une question de politique, de droite ou de gauche, c'est simplement inacceptable».

​Xavier Bertrand pointe Emmanuel Macron

Commentant le 27 août sur BFM TV-RMC les violences enregistrées au cours des derniers mois en France, le président de la région Hauts-de-France, Xavier Bertrand, a mis en cause le «problème avec l'autorité» d’Emmanuel Macron ainsi que le manque d’expérience de terrain du Président qui n’a «jamais été élu local».

​«Sur ces questions, il n'a pas conscience de ce qui est en train de se passer dans le pays. Il a un problème non seulement avec l'autorité mais avec ces questions».

Lire aussi:

Ces 11 pays qui n’ont toujours pas de cas déclarés de coronavirus depuis le début de la pandémie
L’Allemagne installera des soldats en France, Paris parle de «révolution»
Christian Estrosi cible Olivier Véran et Jean-Michel Blanquer à propos de la pandémie
Tags:
Emmanuel Macron, Bayonne, violences, Nicolas Sarkozy, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook