France
URL courte
Par
62213
S'abonner

Présente depuis un an sur le parking d’une zone commerciale de Pusey, en Haute-Saône, la «Gendarmerie Drive» est un succès auprès des habitants qui s’y rendent plus spontanément, rapporte France Bleu. Elle a ainsi reçu de nombreux signalements de violences intrafamiliales.

À la fin de l’été 2019 s’ouvrait sur le parking d’une zone commerciale de Pusey (Haute-Saône) une «Gendarmerie Drive». Un concept visant à se rapprocher des habitants, lesquels s’y rendent avec plus d’aisance après avoir fait leurs courses, indique France Bleu.

Ce petit local où sont quotidiennement présents deux gendarmes est destiné à renseigner la population sur diverses démarches ou à recevoir des plaintes. «Ça casse un peu une barrière qui pourrait être créée dans une brigade de gendarmerie», commente auprès de la radio Arnaud Lavalou, Commandant de la compagnie de gendarmerie de Vesoul.

«Les gens viennent nous voir spontanément au moment où ils profitent du parc commercial pour faire leurs courses», explique-t-il.

Avec des militaires présents sur une zone commerciale, il est devenu plus facile de révéler certains problèmes personnels.

Signalements de violences

En effet, les faits de violences intrafamiliales et sexuelles ont compté pour une bonne partie des 336 plaintes déposées sur l’année écoulée, et ces révélations «n’auraient probablement pas eu lieu en dehors de ce contexte», selon Emmanuel Dupic, procureur de la République de Haute-Saône.

Le département envisage la possibilité d’étendre le concept à d’autres lieux, comme à l’hôpital, afin de pouvoir facilement s’y rendre après avoir été soigné. Il n’a toutefois pas été précisé si d’autres départements ou régions songeaient à tenter l’expérience sur leur territoire.

Lire aussi:

Deux bus attaqués par une trentaine de délinquants près de Conflans après la mort d’un homme abattu par la police
«Pas que ça à faire»: un policier traîné sur plusieurs mètres par un automobiliste à Agen
Ces pays considérés par Vladimir Poutine comme les futures superpuissances mondiales
«Il y a un risque de guerre civile» en France, prévient l'ancien chef d'État-Major des armées Pierre de Villiers
Tags:
violence domestique, violences, plainte, Haute-Saône, gendarmerie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook