France
URL courte
Par
Décapitation de Samuel Paty (111)
37657
S'abonner

En déplacement à Conflans-Sainte-Honorine, le Président de la République a déclaré que l’enseignant décapité avait été victime d’un attentat terroriste islamiste caractérisé et a appelé la nation à être unie.

Emmanuel Macron a qualifié, sur les lieux de l'attaque à Conflans-Sainte-Honorine, dans les Yvelines, la décapitation d'un enseignant d'«attentat terroriste islamiste» et a assuré les enseignants que la nation ferait bloc contre «l'obscurantisme» pour les «protéger et les défendre».

«Tous et toutes nous ferons bloc. Ils ne passeront pas. L'obscurantisme et la violence qui l'accompagne ne gagneront pas. Ils ne nous diviseront pas. C'est ce qu'ils cherchent et nous devons nous tenir tous ensemble», a ajouté le chef de l'État, en affirmant que «la nation toute entière sera là à leurs côtés, aujourd'hui et demain pour les protéger et les défendre».

«Un de nos concitoyens a été assassiné aujourd'hui parce qu'il enseignait, parce qu'il apprenait la liberté d'expression, la liberté de croire et de ne pas croire», a-t-il ajouté.

Visite sur les lieux de l'attaque

Emmanuel Macron s'est rendu vendredi soir au collège Bois d'Aulne de Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines), où enseignait le professeur d'histoire décapité dans l'après-midi, une attaque qui a suscité l'effroi au sein du monde politique.

Le chef de l'État, accompagné du ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, et de la ministre déléguée à la Citoyenneté, Marlène Schiappa, et rejoint ensuite par le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, doit y échanger avec les enseignants de l'établissement, avant de faire une déclaration.

 

Dossier:
Décapitation de Samuel Paty (111)

Lire aussi:

Etrange ballet d’objets lumineux dans le ciel d’Alger
La Russie proscrit l'hydroxychloroquine contre le Covid-19
Décrue de l’épidémie: le miracle Macron a-t-il eu lieu?
Nouvelle menace iranienne: «Israël peut être détruit en une seule opération»
Tags:
Yvelines, attentat, Emmanuel Macron
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook