France
URL courte
Par
12649219
S'abonner

La journaliste Patricia Martin a affirmé sur France Inter que les questions de blasphème devaient se régler dans les prétoires. Ses propos ont créé la controverse sur les réseaux sociaux, plusieurs de ses confrères lui rappelant que le délit de blasphème avait été aboli en France.

Dans la matinale de France Inter, la journaliste Patricia Martin a affirmé que les affaires de blasphème devaient se régler en justice. Réagissant à la mort de Samuel Paty, enseignant décapité par un terroriste qui lui reprochait d’avoir montré une caricature de Mahomet en classe, la journaliste a déclaré «le blasphème doit passer devant les tribunaux».

Elle a tout de suite été reprise par l’un de ses invités, Ghaleb Bencheikh, président de la Fondation de l’Islam de France qui lui a rappelé que le délit de blasphème n’existait plus en France.

«Dans notre pays, et c’est tant mieux, il n’y a pas ce délit. Si on passe devant les tribunaux, on sera débouté», a précisé Ghaleb Bencheikh sur France Inter.

Des propos qui font polémique

Les propos de Patricia Martin n’ont pas tardé à créer la controverse sur les réseaux sociaux. Plusieurs de ses confrères lui ont fait remarquer son erreur à l’instar de Clément Weill-Raynal qui a rappelé sur Twitter que le Code pénal ne reconnaissait pas le délit de blasphème «même si les islamistes rêvent de l’instaurer».

L’avocat Gilles-William Golnadel a également dénoncé sur Twitter cette invitation «à saisir la justice pour blasphème», saluant également la réponse de Ghaleb Bencheikh.

Le délit de blasphème, déjà mis à mal par la Révolution -du fait des articles 10 et 11 de la Déclaration des droits de l'Homme et du Citoyen de 1789-, a définitivement été aboli par la loi du 29 juillet 1881 relative à la liberté de la presse.

Lire aussi:

Un automobiliste fonce sur une foule en Allemagne, un mort et des blessés
Attentat de Nice: «c’est le début de la guerre civile en France»
L'identité de l'auteur de l'attaque à Notre-Dame de Nice établie
Tags:
France Inter, caricature, islamisme, terrorisme, Samuel Paty, blasphème
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook