France
URL courte
Par
5921119
S'abonner

La députée alsacienne Martine Wonner a provoqué des huées de ses collègues en accusant le ministre de la Santé de vouloir «faire mourir les personnes en réanimation».

Lors des débats à l’Assemblée nationale sur la prolongation de l’état d'urgence sanitaire, la députée Martine Wonner (ex-LREM, Libertés et territoires) a accusé le ministre de la Santé Olivier Véran de vouloir «faire mourir les personnes en réanimation».

«Vous nous dites toute à l’heure en introduction: 300 personnes en réanimation hier, 300 personnes intubées ventilées. Vous souhaitez donc faire mourir ces personnes en réanimation», a lancé la députée, provoquant des huées d’une partie des parlementaires.

«On sait, monsieur le ministre, qu’en réanimation on n’intube pas plus que de 20 à 30% des personnes. On met les personnes sous oxygène à haut débit, donc on n’intube plus. Donc révisez ce que vous nous dites parce que c’est extrêmement grave», a appelé Mme Wonner.

«Une énorme grippe»

La députée alsacienne a également évoqué «une énorme grippe» en parlant de la pandémie actuelle. En réponse, le ministre de la Santé a reproché à la parlementaire d’injurier «l’ensemble de la communauté médicale» par ses propos d’«une gravité totale».

«Vous êtes médecin, vous n’avez pas le droit de vous tromper quand vous dites ça, c’est encore plus grave», a insisté M.Véran.

À l’issue de discussions dans l’hémicycle, les députés ont voté ce samedi 24 octobre la prorogation de l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 16 février face à la crise du Covid-19.

Lire aussi:

Le désir de promotion à tout prix a coûté à un ex-gendarme sa liberté, à Chartres
Qui sont ces quatre hommes qui ont battu à mort un sexagénaire pour une remarque?
Les Américains ont agi de manière unilatérale: «On privatise l’espace: premier arrivé, premier servi»
La Russie construit sa première piste pour les avions de tout type en Arctique
Tags:
Assemblée nationale, pandémie, France, état d'urgence, Olivier Véran
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook