France
URL courte
Par
196712
S'abonner

Dans le sillage du dernier attentat commis à la basilique de Nice, les expulsions de personnes présentant une menace à caractère terroriste se sont accélérées en France, constate le JDD.

Enregistrées sur le fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste (FSPRT), 25 personnes ont été expulsées de France, soit 11 de plus que lors du dernier comptage fin octobre, rapporte le Journal du dimanche (JDD).

Le processus d’expulsion s’est accéléré à la suite de l’attentat à la basilique Notre-Dame de l’Assomption de Nice perpétré par un ressortissant tunisien, souligne l’hebdomadaire. Selon ses informations, la tendance est la même pour les placements en centre de rétention administrative (CRA): cette mesure qui touchait 18 personnes, en concerne aujourd’hui une cinquantaine.

Les pays d’accueil peu enthousiastes

Les expulsés sont en majorité russes, algériens, tunisiens et marocains. Pour faciliter la mise en œuvre de ces décisions, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin est en visite en Tunisie et en Algérie, après un premier déplacement au Maroc et avant un voyage en Russie, explique le JDD.

Une liste de personnes dont Paris souhaite l’expulsion vers leur pays d’origine a été établie. Or, il n’est pas facile de convaincre les pays concernés de prendre en charge des islamistes, souligne le JDD se référant à une source au sein du ministère de l’Intérieur.

Lire aussi:

L'armée américaine se préparerait à frapper l'Iran, selon un spécialiste israélien
Trump va-t-il bombarder l’Iran pour éviter un nouvel accord nucléaire avec Biden?
Le ministre marocain de la Santé explique que l’hydroxychloroquine est la cible de l’industrie pharmaceutique - exclusif
Tags:
Gérald Darmanin, radicalisation, expulsions, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook