France
URL courte
Par
252612
S'abonner

Le rappeur Maka a été placé en garde à vue pour apologie du terrorisme, deux semaines après la diffusion d’un clip évoquant l’assassinat de Samuel Paty. Une enquête a été ouverte, le suspect semble déjà connu de la police.

Le rappeur Maka a été interpellé et placé en garde pour apologie du terrorisme, rapporte Actu17.

Il avait défrayé la chronique début novembre en postant sur YouTube un clip intitulé S***** P***. Après une introduction montrant des images de journal télévisé en lien avec l’attentat, le rappeur apparaissait notamment armé d’une machette. «On découpe comme Samuel Paty, sans empathie», déclarait-il, sur fond de voiture incendiée.

Des paroles qui avaient déclenché une vague d’indignation. Sur Twitter, le député du Gard Nicolas Meizonnet (RN) avait notamment appelé à condamner «lourdement» le rappeur.

Une enquête ouverte

Maka avait pris soin de faire précéder son clip d’un message d’avertissement, signalant qu’il n’était pas question d’«incitation à la haine» dans son morceau, mais d’une «illustration de la nature humaine». Une explication qui n’a pas convaincu YouTube, la plateforme décidant de supprimer sa vidéo.

Le rappeur, âgé de 18 ans, va désormais être entendu par les enquêteurs. Les investigations ont été confiées au Groupe d’appui judiciaire (GAJ). Maka, de son vrai nom Nelson M., est déjà connu des services de police, rapporte Actu17 qui cite une source proche de l’enquête.

Le 16 octobre, le professeur d’histoire-géographie Samuel Paty a été décapité à proximité de son établissement, à Conflans-Sainte-Honorine. Son assassin, d’origine tchétchène, lui reprochait d’avoir montré une caricature de Mahomet en classe.

Lire aussi:

L’eau: l’arme secrète d’Erdogan contre la Syrie
«Tu vas en prendre plein la gueule»: un maire met en garde Macron qui prépare son tour de France
Marine chinoise face à l’US Navy: «Les rapports de forces sont en train de s’inverser en nombre»
Tags:
YouTube, clip, apologie du terrorisme, rap, Samuel Paty
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook