France
URL courte
Par
5322
S'abonner

Jean-Yves Le Drian a dénoncé dans entretien accordé à Asharq Al-Awsat une campagne de calomnie visant la France, rappelant que son pays et ses partenaires européens avaient dénoncé «le comportement de la Turquie» et pointé l’exploitation des réseaux sociaux à des fins d’influence politique en manipulant des croyants musulmans.

Dans un entretien accordé au quotidien arabophone londonien Asharq Al-Awsat, le ministre français de l’Europe et des Affaires étrangères est revenu sur les accusations portées à l’adresse de la France quant au respect des droits des musulmans. Il a pointé le comportement de certains États comme la Turquie qui tentent d’exercer «une influence politique» en France par le biais de certains citoyens musulmans via les réseaux sociaux. Il a également évoqué la lutte contre l’extrémisme religieux et le terrorisme, soulignant qu’une coopération internationale était nécessaire pour venir à bout de ces fléaux.

«La France fait face à une campagne féroce de calomnie, de rumeur, d’exploitation et de haine menée par des chefs d'État et des groupes utilisant leur influence sur les réseaux sociaux pour faire croire aux autres pays du monde que la France et l'Europe rejetaient l'islam», a déclaré le chef de la diplomatie Française.

«Bien sûr, il existe des relations entre les musulmans de France et leurs pays d'origine, et cela est naturel et enrichit les relations humaines et émotionnelles qui unissent la France à ces pays», a admis M.Le Drian, dénonçant par ailleurs le fait que certains pays ont un «désir d'exercer une influence politique en France et de contrôler certains croyants musulmans».

Et d’ajouter que «d’autre part, la France n’est pas seule à dénoncer ces campagnes de haine et la manipulation d’informations sur les réseaux sociaux, mais tous nos partenaires européens ont fait de même, refusant catégoriquement à titre d’exemple le comportement de la Turquie, parce qu’ils savent qu’ils sont également visés».

La France, «un pays de tolérance»

M.Le Drian a évoqué la liberté de conscience et de culte garantie par la Constitution et les lois de la République sans distinction.

«La loi française impose l'impartialité de l'État à l'égard de toutes les religions», a-t-il affirmé, soulignant que «la France est un pays de tolérance qui rejette la division de la société et la discrimination entre les citoyens sur la base de leur appartenance religieuse, qu'ils soient musulmans, chrétiens ou juifs». «Je le répète encore une fois, la France a un profond respect pour l'islam, car c'est une religion liée au pays par des liens historiques et culturels anciens, profonds et riches, résultant d'un ensemble d'influences mutuelles dans divers domaines», a-t-il ajouté.

De la lutte antiterroriste

Abordant la question de la lutte contre l’extrémisme religieux et le terrorisme, Jean-Yves Le Drian a expliqué que «le monde était aujourd'hui confronté à une double menace terroriste incarnée par le crime organisé dans un environnement de haine».

«Il y a encore un terrorisme pratiqué par des organisations telles que Daech* et Al-Qaïda*, qui poursuivent leurs activités au Moyen-Orient et en Afrique, d'une part, et des actes terroristes individuels issus de l'idéologie, d'autre part», a précisé M.Le Drian. «Aujourd'hui, nous devons lutter contre le terrorisme sous tous ses aspects. Nous voulons mener cette bataille et nous devons la mener avec les musulmans, car ils sont les premières victimes du terrorisme», a-t-il ajouté, sans évoquer néanmoins le rôle de la France dans le chaos actuel en Libye et dans la guerre en Syrie.

Quelle place pour les musulmans en France?

Emmanuel Macron avait demandé aux imams des mosquées françaises de préserver l'image de l'islam en tant que religion et d'empêcher son développement en un mouvement politique dépendant des financements et des agendas étrangers.

«Nous voulons que les musulmans de France puissent pratiquer leur religion dans la liberté, la dignité et la paix, et pouvoir être citoyens français en même temps», a déclaré le chef de la diplomatie française, soulignant que «c'est pour cette raison que nous voulons promouvoir l'émergence d'un islam français, tout comme il y a l'islam saoudien ou l'islam marocain».

Ces dernières semaines, Recep Tayyip Erdogan s’en est violemment pris à Emmanuel Macron, ce qui a provoqué une condamnation européenne de ce comportement. Ankara est confronté à plusieurs problèmes avec l'Union européenne qui concernent les dossiers de la Méditerranée orientale, les droits de la Grèce et de Chypre, le dossier libyen, les réfugiés et le conflit au Haut-Karabakh.

*Organisations terroristes interdites en Russie

Lire aussi:

Policier tué à Avignon: ce que l'on sait du tireur
Le nombre de patients atteints du Covid-19 en réanimation en France continue de baisser
Étrange ballet d’objets lumineux dans le ciel d’Alger
Tags:
lutte antiterroriste, cyberterrorisme, terrorisme, Turquie, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook