France
URL courte
Par
11568
S'abonner

La tragique fusillade du Puy-de-Dôme a-t-elle placé le tir sportif au cœur des suspicions? De nombreux médias ont souligné que le forcené s’adonnait à cette activité. Les adeptes de ce sport veulent remettre les pendules à l’heure sur leur discipline, très encadrée.

«Armé d’un pistolet automatique Glock et d’un fusil d’assaut AR15 muni d’un réducteur de son, d’une visée laser et d’une torche, il avait aussi quatre couteaux et un gilet pare-balles.» Éric Maillaud, procureur de la République de Clermont-Ferrand, a décrit l’arsenal impressionnant en possession du forcené qui a tué trois gendarmes et blessé un quatrième, dans le Puy-de-Dôme dans la nuit du 22 au 23 décembre. Le procureur a souligné que le tueur était un «survivaliste». Et pas du genre campeur, mais «parfaitement aguerri au maniement des armes»!

Bon nombre de médias comme le LCI ont attribué cette redoutable efficacité à une pratique assidue du tir sportif. Un raccourci que fustige Franck Patru, président du Tir sportif garennois, à La Garenne-Colombes dans les Hauts-de-Seine. «Le fait d’associer notre pratique à ce genre d’événement est très gênant», déplore-t-il au micro de Sputnik. En effet, comme il l’explique, le tir est une discipline olympique depuis 1896. Une manière de dire qu’on a affaire à une activité bien policée.

«Ce monsieur a jeté le discrédit sur une activité qui est sportive avant tout. Ici, on est très loin de l’image qu’il peut dégager, c’est-à-dire quelqu’un de surarmé.»

Cette tuerie pourrait-elle néanmoins avoir une incidence sur la législation concernant l’encadrement des armes à feu? Interrogé par Sputnik, Jean-Pierre Bastié, vice-président de l’Union française des amateurs d’armes (UFA), estime qu’il n’y a «pas de raison que cela change» puisque la France peut compter sur l’une des «réglementations le plus strictes d’Europe et même du monde».

Les armes à feu très encadrées en France

«Nous avons déjà tous les outils disponibles pour que, justement, ce genre de situation ne se présente pas», avance Jean-Pierre Bastié.

«Les risques sont toujours présents. Mais nous ne sommes pas du tout dans un contexte américain où tout le monde est armé, où il y a des délires perpétuels liés à la paranoïa sur le survivalisme pour des raisons politiques ou autres. En France, on est dans un contexte vraiment très apaisé dans ce domaine-là», se félicite-t-il.

Le membre de l’UFA rappelle que le processus pour détenir une arme est très encadré. Ainsi, il est notamment nécessaire de faire partie d’un club affilié à la Fédération française de tir, de passer une période probatoire d’au moins six mois, puis de demander auprès du président du club un récépissé d’avis favorable avant de déposer un dossier à la préfecture. Parmi les pièces à intégrer au dossier, le demandeur doit fournir un certificat médical prouvant que son état de santé physique et mental est compatible avec la détention d’armes à feu et de munitions.

Les présidents de clubs sur le qui-vive

Pour écarter les profils potentiellement dangereux, les présidents de clubs trient les candidats sur le volet. Un écrémage rendu nécessaire par un engouement croissant: en 2011, ils étaient plus de 145.000 licenciés pour atteindre les 220.000 en 2018.

Tout nouvel adhérent doit donc passer un entretien préalable avant d’être accepté. S’ensuit une période probatoire où ses faits et discours sont scrutés, prévient Jean-Pierre Bastié. Dans la structure de Franck Patru, pour devenir adhérent, il faut être parrainé ou compter sur un membre du comité directeur, qui doit «engager sa responsabilité pour vous faire entrer».

«Le tir est un monde très fermé», résume Franck Patru.

«Malheureusement, il peut y avoir des situations comme celle que l’on a vue. Exceptionnelles, elles montrent qu’un individu peut passer à l’acte, bien que, pour des raisons particulières, il n’ait jamais été identifié comme une personne à risque», regrette le vice-président de l’UFA.

Claude Cunin préside le club de tir de Salon-de-Provence. Il n’a pas pu cacher sa stupeur dans une interview donnée à France Bleu lorsqu'il a appris que le forcené faisait partie de ses 414 licenciés. D’autant que, selon lui, il «ne présentait aucun problème quand il venait au stand». Pour Franck Patru, ce drame met en exergue la problématique de «l’accès aux armes dangereuses», mais également une «série de dysfonctionnements». Et pour cause, l’ex-épouse du forcené a déposé des plaintes pour menaces de mort, qui se sont soldées par des classements sans suite. 

«Il faut comprendre que, s’il y a le moindre signalement d’activité déviante, comme des bagarres ou des propos injurieux, qui font l’objet d’une plainte, le préfet a tout loisir de déclencher une procédure de désistement des armes», souligne Jean-Pierre Bastié.

Frank Patru enfonce le clou: «Nous sommes extrêmement vigilants.» Si une quelconque attitude apparaît en contradiction avec les valeurs du tir sportif, «automatiquement nous mettons en place un système de surveillance qui nous permet de contrôler que la personne est en adéquation avec nos règles éthiques».

«Cette personne serait automatiquement exclue de notre club, si jamais était révélée une éventuelle dangerosité de la personnalité du tireur. Je peux parler au nom de mes confrères, ce sont des choses valent pour tous les clubs», conclut Franck Patru.

Lire aussi:

«D’autres vaccins sont plus efficaces» qu’AstraZeneca: un début de revirement pour Macron?
Des policiers de plusieurs départements de France attaqués dans la nuit de samedi à dimanche
«Chasseurs de nuit», «crocodiles» et «cygne blanc»: les surprises du défilé aérien militaire à Moscou – images
Aucune excuse pour «ceux qui développent de nouveaux plans d’agression», prévient Poutine le Jour de la Victoire
Tags:
Puy-de-Dôme, gendarmes, tir sportif
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook