France
URL courte
Par
7797
S'abonner

Accusé d’avoir porté atteinte au renom de la police nationale, notamment pour la diffusion d’un tract taclant sa hiérarchie, Alexandre Langlois, agent de police au service de renseignement territorial et secrétaire général du syndicat VIGI, est passé en conseil de discipline ce mercredi 20 janvier. Sputnik était sur place.

«Soulagé et libéré!»

À la sortie de sa convocation, ce mercredi 20 janvier, Alexandre Langlois, agent de police au service de renseignement territorial et secrétaire général du syndicat VIGI, n’a pas caché sa satisfaction: le conseil de discipline a décidé de ne pas se prononcer sur les faits qu’ils lui étaient reprochés. À savoir des «manquements aux devoirs de réserve», «de loyauté», et pour «avoir porté une atteinte notoire au crédit et au renom de la police nationale par le biais d’un réseau social

​En effet, le syndicaliste est à l’origine d’un tract, diffusé le 8 janvier 2020, mettant en cause Éric Morvan, qui était encore à l’époque directeur général de la Police nationale. Alexandre Langlois y raillait la retraite anticipée de son supérieur hiérarchique, lui faisant dire «Après 110 suicides de policiers depuis ma prise de fonction, de la fraude aux élections pro, la répression de la liberté syndicale, la falsification de la délinquance, je pars en retraite anticipée 3 ans en avance.»

Accusé de porter atteinte au renom de la police

Sa hiérarchie reprochait aussi à Alexandre Langlois d’avoir ironisé sur Christophe Castaner, alors ministre de l’Intérieur, qui serait selon le policier «plus spécialiste des soirées au Noto que de la Police nationale.» De nombreuses accusations qui ont donc valu au syndicaliste sa convocation.

Néanmoins, Alexandre Langlois, qui a envoyé en novembre dernier une demande de rupture conventionnelle au ministre de l’Intérieur notamment après l’affaire Zecler, estime que le véritable enjeu est ailleurs:

​Selon lui, ce conseil de discipline est avant tout un «débat sur la liberté d’expression». «On a des personnes qui nous dirigent, qui disent régulièrement être pour la liberté d’expression, sauf quand on attaque le gouvernement», affirme Alexandre Langlois.

«Si demain en France on censure la police, la police va censurer la population, on va où après? On n’a plus le droit de penser, c’est la pensée unique», a-t-il prévenu au micro de Sputnik.

Le syndicaliste enfonce le clou en expliquant que «c’est très grave d’attaquer la liberté d’expression des policiers». Une position d’ailleurs partagée par les syndicats Alliance et Unité SGP, qui étaient également présents lors de son passage devant le conseil de discipline.

«La police sert l’oppression gouvernementale»

Si ces derniers ne soutiennent pas les positions tenues par le policier ni les causes défendues par VIGI, concède Alexandre Langlois, «ils ont refusé de prendre part au vote et à cette mascarade

«Ils ont dit que si tu ne peux plus t’exprimer, demain on ne pourra plus s’exprimer. On n’aura plus de débat et c’est la censure qui décidera et c’est insupportable dans une démocratie.»

Un satisfecit pour le membre de VIGI, qui a d’ores et déjà indiqué que le combat continuait afin de ne pas «laisser la police dans cet état», parce qu’elle «permet de garantir les libertés fondamentales».

​Or actuellement, elle sert «l’oppression gouvernementale», avance Alexandre Langlois. Une attitude qui crée la défiance chez les Français, estime-t-il.

«Le travail des policiers est parasité, car les gens n’ont plus confiance en nous. On me dit souvent qu’il y a des policiers qui commettent des exactions, etc., et que ce sont eux qui jettent l’opprobre sur la police nationale. J’ai envie de dire: en partie, mais même pas. […] Mais ce sont nos politiques et nos directeurs qui ne les sanctionnent pas», argue-t-il.

Dorénavant, avec cette non-décision sur la sanction à donner au policier, c’est Gérald Darmanin qui devra trancher. Cependant, le syndicaliste n’espère pas de miracle:

«Je n’attends pas grand-chose, maintenant il peut me surprendre dans le bon sens», conclut-il, fataliste.

Lire aussi:

Deux voleurs s’accroupissent derrière un caddie pour se cacher de la police à Toulouse
Un policier renversé et projeté au sol après avoir voulu contrôler un individu à motocross à Lyon
Le prototype Starship de SpaceX réussit son atterrissage, puis explose
Tags:
Alexandre Langlois, liberté d'expression, police
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook