France
URL courte
Par
6411551
S'abonner

Menacé suite à la publication d’une lettre ouverte et à cause de la diffusion d’un documentaire peu après l’assassinat de Samuel Paty, le professeur Didier Lemaire considère dans une interview au Point que des jeunes musulmans «élevés dans la haine» poussent la France vers «un scénario de guerre civile à l'algérienne».

Didier Lemaire, professeur de philosophie à Trappes (Yvelines) depuis près de 20 ans, estime ce mercredi 10 février dans une interview au Point que la France s’approche de la «guerre civile» à la manière «algérienne» à cause de nombreux jeunes musulmans «élevés dans la haine» de l’Hexagone.

Ainsi, il se réfère à un sondage selon lequel «près de 60% des jeunes musulmans considèrent que la charia - la loi coranique - est plus importante à leurs yeux que les lois de la République».

«Ces jeunes sont un réservoir énorme pour ces intégristes qui veulent détruire notre pays. Nombre d'entre eux sont élevés dans la haine de la France. Le temps nous est compté, car nous ne sommes pas loin d'un scénario de guerre civile à l'algérienne», lâche auprès de l’hebdomadaire le professeur.

Pour le prévenir, il appelle à «appliquer au plus vite des lois d'exception, car nous ne sommes plus dans un État de droit, ni même de paix.»

«Je ne renoncerai jamais à ce combat pour la liberté»

Dans cette interview au Point, il s’est montré déterminé à «exhorter les politiques à agir» pour ne pas céder à ceux qu'il qualifie de «pourvoyeurs de haine» contre la France.

«Je continuerai à être professeur de philosophie aussi longtemps que je pourrai tenir. Je suis prêt à changer de métier s'il le faut, mais je ne renoncerai jamais à ce combat pour la liberté», indique-t-il.

Cible de menaces

En novembre 2020, ce professeur publie une lettre ouverte après l’assassinat de Samuel Paty pour dénoncer le manque de stratégie de l'État face à l'islam politique. En outre, il réalise un documentaire sur l'«emprise islamiste» à Trappes diffusé par la télévision néerlandaise.

Dans ce documentaire, il défend la liberté d'expression, fustige la pression sociale et religieuse sur ses élèves et raconte la «réalité du danger de la présence islamiste» dans cette ville. En raison des messages haineux reçus, il n’est plus diffusé. L’enseignant est lui placé sous protection policière.

Lire aussi:

Les Bleus ont renoncé au dernier moment à mettre un genou à terre au début du match France-Allemagne et voici pourquoi
Un mariage blanc vire au mariage forcé: souhaitant être naturalisé, un Algérien est jugé pour le viol de sa «fiancée»
Un journaliste US essaie d’interrompre Vladimir Poutine, le Président russe réplique
Tags:
Samuel Paty, islam, Trappes, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook