France
URL courte
Par
454891
S'abonner

Des syndicats de médecins généralistes ont fait part de leur colère, alors que la direction générale de la Santé veut réserver les livraisons de vaccins aux pharmacies cette semaine. L’institution a pourtant assuré qu’aucun rendez-vous en cabinet ne serait annulé.

La décision de la direction générale de la Santé (DGS) de réserver les livraisons de vaccins AstraZeneca aux pharmacies a soulevé un tollé auprès des médecins généralistes.

Dans un courriel envoyé aux professionnels de santé, l’institution précisait en effet qu’il ne serait «plus possible de prendre des commandes pour les médecins», durant la semaine du 8 mars. Et ce, en vue des vaccinations en pharmacies qui doivent débuter le 15 mars.

Le syndicat de généralistes MG France a dénoncé cette décision dans un communiqué, estimant qu’il faudrait «décommander tous les rendez-vous prévus dans les cabinets» au titre de la vaccination. Le syndicat exige que le directeur de la DGS, Jérôme Salomon, soit démis de ses fonctions et demande à ce que «les besoins des médecins soient tous pourvus».

Le Syndicat des médecins libéraux a également critiqué la décision des autorités sanitaires dans un communiqué, fustigeant un «summum de la sottise technocratique».

Les autorités s’expliquent

Interrogée par le HuffPost, la DGS a tenu à éclaircir sa position. L’institution affirme notamment que les rendez-vous vaccinaux en cabinets pourront toujours être honorés, au titre des commandes passées.

«L’ensemble des commandes [déjà passées, ndlr] sera évidemment honoré. Aucun rendez-vous monté au titre de ces commandes n’a à être annulé!», explique ainsi la DGS au HuffPost.

La direction générale rappelle que les généralistes ont pu commander des doses d’AstraZeneca à trois reprises en février. Les livraisons du laboratoire britannique ne semble cependant pas suivre, admet l’institution.

«La livraison du vaccin AstraZeneca qui pourra être utilisée sur le terrain la semaine du 15 mars est faible», déclare ainsi la DGS au HuffPost.

Le 4 mars, Jean Castex avait pourtant annoncé que la France allait «recourir plus largement» au vaccin AstraZeneca et que les livraisons générales de vaccins allaient «s’accroître dans les semaines à venir».

Lire aussi:

L'ancien ministre Éric Raoult est mort
Expulsion de diplomates, interdiction d'entrée: Moscou riposte aux sanctions US
Sans assimilation, le risque «d’une guerre de tous contre tous»? – vidéo
Tags:
AstraZeneca, pharmacie, vaccin, Covid-19
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook