France
URL courte
Par
10519
S'abonner

Nicolas Sarkozy n'a pas interrompu une fête clandestine malgré les informations du Parisien. Selon son entourage, l’ancien Président était au match PSG-Bayern, est «rentré à son domicile vers minuit et la police était déjà là».

Une nouvelle fête s’est tenue dans la nuit du 13 au 14 avril dans le 16e arrondissement de Paris. Dix-sept personnes ont été verbalisées pour «non-respect des mesures sanitaires en vigueur». Et d’après les informations du Parisien, la soirée a pris fin après un appel à la police de l’ancien Président.

Comme le relate le quotidien, cette habitation est utilisée pour des tournages et une équipe «y produisait une émission pour une chaîne de la télévision câblée française». L’ancien Président, qui aurait demandé aux fêtards de faire moins de bruit, mais sans succès, aurait été «excédé». À l’arrivée des forces de l’ordre, il leur aurait confirmé «la récurrence des nuisances sonores» et les aurait «remerciées» et «félicitées» à l’issue de leur intervention.

Contacté par Le HuffPost, son entourage «dément formellement cette version» et assure qu’il «n’a jamais prévenu les forces de police».

«Nicolas Sarkozy était d’ailleurs au match (PSG-Bayern au Parc des Princes qui s’est terminé peu avant 23h, ndlr) ce soir-là, indique son entourage. Il est donc rentré à son domicile vers minuit et la police était déjà là». À la question de savoir s’il avait échangé avec les agents au moment de son arrivée, son entourage a soutenu qu’il avait «juste salué les policiers présents dans son impasse, comme il le fait systématiquement quand il en croise».

Des fêtes clandestines à répétition

Malgré les recommandations et les interdictions anti-Covid, les fêtes clandestines sont monnaie courante.

Le scandale des repas clandestins fait la Une de la presse après un reportage de la chaîne M6 qui a révélé que Pierre-Jean Chalençon accueillait clandestinement des dîners cuisinés par le chef Christophe Leroy.

Une autre vidéo avait été tournée le 29 janvier, lors d’une soirée au ministère de l’Enseignement supérieur. Le cabinet de la ministre avait d’ailleurs confirmé l’authenticité de la séquence, parlant d’un «moment de détente».

Des barbecues géants ont par ailleurs été dispersés début avril par les forces de l’ordre en Seine-Saint-Denis et dans l’Essonne. À Vert-le-Petit, entre 150 et 200 personnes ont festoyé au haras de la Ferme du Soleil dans la nuit du 3 au 4 avril.

Le lendemain, plus de 100 personnes se sont retrouvées dans un château inhabité à Ris-Orangis pour faire la fête. Les policiers en ont verbalisées 123 pour non-respect du couvre-feu et certaines pour non-port du masque.

Lire aussi:

Le MoDem lâche LREM, l'Assemblée rejette le pass sanitaire
«Un gentil garçon»: la mère du tueur présumé du policier à Avignon s’en prend aux autorités
Covid et accident de laboratoire, ces «complotistes» qui avaient vu juste
Tribune de militaires: le chef d'état-major invite les signataires à quitter l'armée
Tags:
Covid-19, fête, Nicolas Sarkozy, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook