France
URL courte
Par
2422178
S'abonner

Le sélectionneur de l’équipe de France a déclaré apprécier a chanson du rappeur Youssoupha sur les Bleus. Il s’est cependant refusé à entretenir la polémique portant sur les propos controversés émis plus tôt par l'artiste.

Après certains de ses joueurs, après Marine Le Pen, après la ministre des Sports, il fallait qu’il s’exprime à son tour: Didier Deschamps a commenté la chanson du rappeur controversé Youssoupha en l’honneur des Bleus dévoilée à l'approche de l'Euro 2021.

Le sélectionneur de l’équipe de France a admis au micro de RMC avoir écouté le morceau et l’avoir apprécié. L’ancien champion du monde a en outre repris la stratégie du président de sa fédération, rappelant que la chanson n’était pas l’hymne officiel des Bleus.

«Ce n’est pas l’hymne des Bleus […] Je l’ai écoutée, je la trouve bien. Je ne vais pas rentrer dans les débats. Vous me posez des questions dans mon domaine sportif, je vous y réponds», a ainsi déclaré Didier Deschamps sur RMC.

Il a cependant refusé d'alimenter la polémique qui a éclaté autour de la chanson: «Qui, comment, pourquoi, je ne rentre pas dans ces débats».

À quelques jours du coup d’envoi de l’Euro, reporté depuis juin 2020 pour cause de pandémie, le sélectionneur a donc choisi de botter en touche, se montrant passablement agacé des débats sur le sujet.

Un rappeur sulfureux

La chanson du rappeur Youssoupha, mise en avant par la Fédération française de football (FFF), avait créé quelques remous lors de sa sortie. Le morceau, intitulé Écris mon nom en bleu, n’a pas gêné choqué en lui-même, mais d’anciens propos de son auteur ont été exhumés.

Le rappeur avait notamment écrit vouloir mettre «en cloque cette chienne de Marine Le Pen», et avait assuré vouloir «mettre un billet sur la tête de celui qui fera taire ce con d’Éric Zemmour», dans ses chansons. Le polémiste vedette de CNews avait d’ailleurs attaqué le rappeur pour ces paroles.

Plusieurs membres du RN avait soulevé le lièvre mi-mai, demandant à ce que la FFF revienne sur son choix. Sur France info, le vice-président du RN, Jordan Bardella, avait déploré que les instances aient «cédé à une partie racaille de la France», parodiant les mots de Karim Benzema, qui avait reproché à Didier Deschamps de «céder à une partie raciste de la France» lors de sa non-sélection pour l’Euro 2016. Le joueur a d’ailleurs été récemment rappelé dans l’équipe.

Interrogé par Le Parisien, Noël Le Graët, président de la FFF, avait déclaré que la mise en avant de cet artiste n’était pas de son fait, rejetant la responsabilité sur des «jeunes salariés du service commercial». Il avait ajouté que la chanson n’était pas l’hymne officiel des Bleus et que Youssoupha était selon lui un «bon rappeur», ayant pu avoir «des paroles déplacées» par le passé.

La ministre des Sports avait pour sa part parlé d’un «rappeur populaire» et «engagé contre le racisme», sur France info. Roxana Maracineanu avait encore accusé les dirigeants du RN d’«instrumentaliser» le sport, à travers leurs critiques.

Du côté des joueurs, Raphaël Varane semble sur la même ligne que son sélectionneur, le défenseur ayant confié en conférence de presse qu’il appréciait le morceau du rappeur.

Lire aussi:

Paris: une femme heurtée par une trottinette électrique est dépouillée avant de mourir
Orage dans le Doubs: des grêlons géants brisent tout – photos
Les Républicains en tête des régionales en France, devant le RN et la gauche, selon des estimations
Tags:
Jordan Bardella, football, rap, Didier Deschamps
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook