France
URL courte
Par
2920315
S'abonner

En Occident, la guerre de sexes semble faire rage. L’occasion pour certains d’interroger d’autres modèles de féminité, peut-être trop facilement caricaturés. L’essayiste Yannick Jaffré se livre dans son dernier ouvrage à une description élogieuse de la féminité russe, doublée d’une critique au vitriol du féminisme occidental.

L’«agression» au bouquet de la militante féministe Alice Coffin à Rouen, par un jeune qui voulait savoir «pourquoi elle n’aimait pas les hommes», a fait sourire Yannick Jaffré. «Chez certaines féministes, on a l’impression que le simple fait d’être gentille avec un homme est déjà une marque d’aliénation», ironise l’essayiste.

Devant les caméras de Sputnik donne la parole, il s’attaque aux excès du féminisme occidental. Pour éviter cette «criminalisation» d’un désir masculin «toujours suspect», l’auteur de Paris-Moscou: Aller simple contre le féminisme (Éd. La Nouvelle Librairie) invite à tourner notre regard vers l’Est. 

La Russie est pour l’essayiste l’exemple d’un «patriarcat dirigé par des femmes». 

«Les femmes russes exigent des hommes qu’ils assument les attributs traditionnels de la virilité, mais en même temps, elles ne sont pas de petites choses qui seraient écrasées sous un voile, reléguées dans le seul foyer. Ce qu’elles redoutent, ce n’est pas la domination de l’homme, mais sa défaillance», défend Yannick Jaffré.

Un modèle compatible avec la France? «Sur le plan de la tenue, de l’élégance, du goût pour la galanterie, les femmes russes ne sont pas si éloignées des Françaises des années 50-60», ajoute-t-il.

Lire aussi:

Pass sanitaire: des sanctions «totalement disproportionnées» pour les récalcitrants?
L'efficacité du vaccin de Pfizer est tombée à 39% face au variant Delta, constate Israël
Le gouvernement fait revoter les députés en pleine nuit pour imposer le pass sanitaire à l’hôpital
Tags:
violences, Russie, féminisme
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook