France
URL courte
Par
52329
S'abonner

Afin d’éviter un rebond épidémique avec la propagation du variant indien, plus contagieux que la souche d’origine et qui a déjà frappé plusieurs pays dont le Royaume-Uni, il est indispensable de vacciner un maximum de gens, de tester-tracer-isoler et d’appliquer les gestes barrières.

Bien que la situation sanitaire s’améliore en France, avec environ 2.000 contaminations journalières, il est indispensable de ne pas relâcher les efforts en raison du risque de propagation du variant indien, jugé plus contagieux que la souche britannique, elle aussi plus transmissible que le virus initial.

Interrogé par BFM TV à propos des risques associés à son arrivée dans l’Hexagone, le professeur de santé publique au CHU de Lille Philippe Amouyel a tempéré que la diffusion de ce variant progressait «lentement à cause du faible nombre de contaminations». Cependant, «c’est maintenant qu’il faut agir», a-t-il tranché.

Endiguer sa diffusion

Selon lui, la stratégie visant à éviter un reconfinement d’ici plusieurs mois consiste en trois démarches. La première tient en la vaccination complète d’une proportion suffisante de la population française. Raison pour laquelle les jeunes ont été appelés à se faire vacciner «pour atteindre l’immunité collective».

En outre, le variant indien, ou Delta, touche particulièrement les jeunes, a-t-il noté, ce qu’atteste une étude publiée dans la revue médicale The Lancet, menée en Écosse du 1er avril au 28 mai.

Ensuite, le faible nombre de nouveaux cas favorise le retour à la méthode «tester, tracer, isoler» visant à limiter la diffusion du virus. Enfin, les fameux gestes barrières restent à respecter malgré l’assouplissement des restrictions, a ajouté le Pr Amouyel.

Le risque d’une nouvelle vague épidémique dépend ainsi «du seuil de vaccination qu’on aura atteint fin août», conclut-il.

«Une vigilance absolue»

Concernant une éventuelle reprise de l’épidémie, le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a appelé auprès de BFM TV à «une vigilance absolue» face au variant qui représente «entre neuf et 10%» des nouveaux cas positifs sur le sol français.

«Il doit nous préoccuper», a-t-il déclaré en évoquant la prédominance de cette souche au Royaume-Uni, où elle représente 90% des cas positifs, en forte hausse. Selon les derniers chiffres présentés par le gouvernement britannique, 16.135 nouvelles contaminations ont été recensées le 23 juin, une augmentation de près de 44% en une semaine. Une écrasante majorité de Britanniques infectés par le variant Delta n’avaient pas été vaccinés ou n’avaient reçu qu’une dose, indique une étude de Zoe Covid Symptom Study.

Interrogé au sujet de ce rebond épidémique qui touche un pays où 82,5% de la population adulte ont reçu une première injection et plus de 60% sont entièrement vaccinés, Gabriel Attal a suggéré que sa stratégie vaccinale, différente de celle mise en place par le gouvernement français, pourrait y jouer un rôle.

En effet, le Royaume-Uni prévoit un espacement plus élargi entre les deux doses, alors que la protection maximale contre le virus ne peut être atteinte qu’avec la vaccination complète.
En France, c’est le département des Landes qui affiche le maximum de cas de variant indien, «70% des cas positifs détectés», selon le porte-parole du gouvernement.

En déplacement dans le département, Jean Castex a annoncé ce 24 juin un renforcement du dépistage et de la vaccination «pour les sept jours à venir» jusqu’au 1er juillet, rapporte Franceinfo. À la fin de cette période, le gouvernement évaluera l’efficacité des démarches de prévention et pourrait également «différer la levée des mesures d’allègement».

Ce variant Delta devrait représenter 90% des nouveaux cas de Covid-19 d’ici fin août, selon les estimations du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC), qui a appelé le 23 juin à renforcer la campagne de vaccination.

Lire aussi:

La Martinique de nouveau confinée
Pfizer explique comment augmenter la protection contre le variant Delta
Un mort et un autre en réanimation: en Occitanie, le vaccin Pfizer accusé de tuer «des jeunes en pleine forme»
Tags:
épidémie, confinement, Royaume-Uni, souche de coronavirus, Covid-19
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook