France
URL courte
Par
9297
S'abonner

Après avoir «pété les plombs» dans le bureau d’un procureur, un Tchétchène a été condamné jeudi pour menaces et violences à Bayonne. Il s’agit de l’un des milliers de Tchétchènes exilés en France dans les années 2000, dont beaucoup ont reçu le statut de réfugié.

Un Tchétchène âgé de 43 ans a été condamné le 24 juin pour menaces et violences par le tribunal de Bayonne, rapporte le Sud Ouest.C’est à l’annonce de son incarcération fin avril que l'homme a, selon son avocat cité par le quotidien régional, «pété les plombs» dans le bureau de la procureur.

Le prévenu est l’un des milliers de Tchétchènes arrivés en France depuis la Russie il y a 20 ans. Depuis les violences à Dijon lié à des représentants de cette diaspora, survenues en juin 2020, ou encore le meurtre de Samuel Paty à l’automne dernier, le sujet suscite l’inquiétude chez certains politiques.

Tensions communautaires et meurtre de Samuel Paty

Pour rappel, les expéditions punitives des Tchétchènes provoquées, selon l’AFP, par l’agression d’un jeune homme issu de la communauté tchétchène, ont débouché sur plusieurs jours d’échauffourées à Dijon.

À l’époque, le préfet dijonnais avait évoqué dans un communiqué des «violences commises dans l’agglomération dijonnaise, semble-t-il dans le cadre d’un règlement de comptes entre des membres de la communauté tchétchène de France et des résidents» de la région. La police et la gendarmerie avaient dû mettre en place un dispositif de présence sur le terrain pour les dissuader.

Après l’assassinat en octobre dernier de Samuel Paty, professeur d'histoire-géographie tué par un réfugié russe d’origine tchétchène pour avoir montré des caricatures de Mahomet à ses élèves, la radicalisation de certains membres de ce groupe fait objet de nombreuses discussions. Ainsi, après le drame, le leader de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon a même évoqué «un problème» avec la communauté tchétchène en France.

«Il faut interroger sur ce qui se passe avec les Tchétchènes en France parce qu’on a accueilli des Tchétchènes qui étaient des partisans d'une guerre civile sur fond de religion», a déclaré l’homme politique auprès de journalistes lors d’une manifestation en hommage au professeur assassiné.

Depuis le meurtre de Samuel Paty, plusieurs expulsions de Tchétchènes vers la Russie ont suivi.

Vague de réfugiés dans les années 2000

C’est à la suite de la seconde guerre de Tchétchénie, déclenchée en 1999, que des pays européens, dont la France, ont commencé à accueillir des réfugiés tchétchènes. Le conflit militaire n'a pris officiellement fin qu’en 2009.

Alors que les chiffres sur le nombre de Tchétchènes exilés en France sont quasiment inexistants, le pays interdisant de recueillir des statistiques ethniques, aujourd’hui leur nombre oscillerait autour de 50.000-60.000, avance Anne Le Huerou, maîtresse de conférence en études russes à l’université Paris Nanterre, interrogée par France Culture.

Lire aussi:

Checkmate: «Il y a un vrai marché pour lui»
Le gouvernement fait revoter les députés en pleine nuit pour imposer le pass sanitaire à l’hôpital
Détention d’armes de guerre transformées: «il est plus facile de taper sur les tireurs que sur la délinquance»
Tags:
réfugiés, Tchétchène
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook