France
URL courte
Par
12247
S'abonner

L’Institut Pasteur a publié une modélisation de l’épidémie de Covid-19 en France pour les prochains mois. Si la vaccination est insuffisance, le pays pourrait connaître une nouvelle vague d’hospitalisations à cause des variants, forçant le gouvernement à réintroduire certaines mesures.

Alors que la France entame les dernières étapes d’allègement des mesures de restriction, l’Institut Pasteur alerte sur l’arrivée d’une quatrième vague. Sa nouvelle modélisation, mise à jour le 28 juin, prend en compte le rythme des vaccinations et la présence des variants plus contaminants, dont le Delta (détecté en Inde).

«Cet automne, un pic d’hospitalisations important est possible en l’absence de toute mesure de contrôle de l’épidémie», ont indiqué les chercheurs.

Parmi ces mesures, ils citent le dépistage répété, le port du masque ou encore la distanciation physique, mais n’évoquent pas un reconfinement.

En considérant une couverture vaccinale 30%-70%-90%, respectivement chez les 12-17 ans, 18-59 ans et 60 ans et plus, ils envisagent que les plus jeunes compteront pour la moitié des infections et des transmissions. Les personnes de plus de 60 ans non-vaccinées compteraient alors pour 35% des hospitalisations.

Recommandations

L’Institut Pasteur rappelle donc l’importance de la vaccination pour les personnes les plus fragiles. «Parmi toutes les mesures étudiées, la vaccination des non-vaccinés reste l’approche la plus efficace pour contrôler l’épidémie», assure-t-il. Par ailleurs, une personne non-vaccinée a 12 fois plus de chances de transmettre le virus qu’une vaccinée.

Probablement peu immunisés d’ici à l’automne, les enfants et adolescents pourraient contribuer à la reprise de l’épidémie dans les établissements scolaires. Pour l’Institut, il faudrait «développer des protocoles efficaces de contrôle de la circulation viral» afin d’éviter de devoir à nouveau fermer des classes.

Restrictions pour les vaccinés

Par ailleurs, il assure que les mesures «non-pharmaceutiques», comme le masque, les gestes barrières, et la distanciation «ont quasiment le même impact si elles ciblent l’ensemble de la population ou uniquement les personnes non-vaccinées». Mais octroyer de tels avantages à cette dernière catégorie «soulève néanmoins des questions éthiques et sociales qu’il est important d’explorer», reconnaît l’Institut.

Pour rappel, en avril, un octogénaire avait saisi le Conseil d’État pour que les restrictions de déplacement, encore d’application à l’époque, ne concernent plus les personnes vaccinées. L’institution avait rejeté sa demande, puisqu’elles peuvent toujours être porteuses du virus et le transmettre.

Crainte du Delta

Le variant Delta compte «20% des nouveaux cas en France», mais «on peut y échapper», a déclaré ce mardi Olivier Véran. Le nombre de cas total continue toutefois de baisser. Bien qu’il n’exclue pas une quatrième vague à l’automne, le ministre de la Santé se veut rassurant sachant que les personnes vaccinées n’auront pas de formes graves. C’est également ce qu’a conclu l’Institut Pasteur, prédisant qu’elle nécessitera moins d’efforts que les précédentes pour être contrôlée.

D’après les données de Covid Tracker, à la date du 27 juin, la frange la plus vaccinée (complètement) de la population, les 75 ans et plus, ne l’est qu’à 76%. Les 30-49 ans sont 23,24% à avoir reçu deux doses, et 14,52% des 18-29 ans.

Lire aussi:

Un policier a mortellement neutralisé un automobiliste à Marseille
«Une menace pour la démocratie»: Emmanuel Macron s’insurge contre les anti-pass sanitaire
Didier Raoult propose de se mettre de la vaseline dans le nez pour contrer le Covid-19
Tags:
restrictions, situation sanitaire, vaccination, Covid-19, Institut Pasteur, épidémie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook