Alliances régionales d'Israël : un basculement en cours
© Sputnik . Louis Doutrebente

Briguant une énième réélection, le Premier ministre israélien s’est félicité de la normalisation récente des relations entre l’État hébreu et certains de ses voisins. Benyamin Netanyahou a annoncé d’autres processus de détente. Mais qu’en est-il réellement? Tour d’horizon des relations géopolitiques d’Israël au Moyen-Orient en carte.

Les Israéliens élisent leurs parlementaires ce mardi 23 mars. Benyamin Netanyahou est le grand favori du scrutin. Comme d’habitude! Durant la campagne, il n’a eu de cesse de mettre en avant son bilan diplomatique. Notamment les récents accords d’Abraham, officialisant une normalisation des relations avec les Émirats arabes unis, Bahreïn et le Soudan.

Une semaine avant l’élection, le Premier ministre sortant a même annoncé que quatre autres accords de paix étaient en cours de négociation. Certes, l’imminence du scrutin laisse à penser que ces hypothétiques accords relèvent plus du rêve que de la réalité… Cependant, les alliances géopolitiques au Moyen-Orient évoluent bel et bien en faveur de Tel Aviv.

En effet, l’État hébreu semble être parvenu à reléguer la question palestinienne à l’arrière-plan. Du coup, ses adversaires d’hier pourraient devenir ses partenaires afin de s’opposer à l’Iran. Mais une analyse de la situation géopolitique d’Israël en carte montre que ce basculement ne concerne que certains États de la région.

Lire aussi:

Les États-Unis prêts à défendre le Japon avec l’arme nucléaire
Les Tatars de Crimée proposent à Erdogan de se rencontrer sur leur sol
Biden face aux accords de «paix» de Trump pour Israël: «On voit aujourd’hui les limites de l’exercice»
Tags:
Hezbollah, milice, alliance, Liban, normalisation, Arabie Saoudite, Iran, élections législatives, élections, Benjamin Netanyahou, Israël
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook

Plus d’infographies

  • La guerre des États-Unis «pour la paix» en Syrie
    Dernière mise à jour: 19:48 13.04.2021
    19:48 13.04.2021

    Guerre des États-Unis «pour la paix» en Syrie

    En 2011 a débuté la guerre en Syrie. Depuis 2014, les forces de la coalition dirigée par les États-Unis, officiellement pour lutter contre Daech*, ont lancé une opération militaire en Syrie, et ce sans le consentement des autorités officielles du pays.

  • Répartition des forces au Yémen
    Dernière mise à jour: 11:56 01.04.2021
    11:56 01.04.2021

    Répartition des forces au Yémen

    En dépit des efforts internationaux, le Yémen continue de connaître une phase aiguë de la catastrophe humanitaire suite à la guerre civile qui dure depuis septembre 2014.

  • Yémen : face aux incursions étrangères, les rebelles houthis tiennent plusieurs lieux stratégiques
    Dernière mise à jour: 08:00 31.03.2021
    08:00 31.03.2021

    Au Yémen, l’intervention saoudienne épaulée par l’Occident et tenue en échec par les houthis

    Par

    Six ans après le début de l’intervention saoudienne, la coalition arabe soutenant le gouvernement contesté peine à reprendre le contrôle du pays. Des factions terroristes sévissent encore et les houthis dominent toujours une grande partie du «pays utile». Une désillusion pour l’Arabie saoudite et ses alliés, notamment occidentaux.

  • Syrie : un territoire fragmenté par de nombreuses puissances
    Dernière mise à jour: 14:46 16.03.2021
    14:46 16.03.2021

    Morcelée et contrôlée par de multiples armées étrangères, la Syrie dans l’incertitude

    Par

    Dix ans après le début de la crise politique, la Syrie reste en 2021 un pays fragmenté. Si les forces de Bachar el-Assad ont reconquis de larges pans du territoire national grâce à leurs alliés russes et iraniens, plus d’un tiers du pays reste sous le contrôle de forces hostiles au pouvoir central et de leurs soutiens étrangers.