Alliances régionales d'Israël : un basculement en cours
© Sputnik . Louis Doutrebente

Briguant une énième réélection, le Premier ministre israélien s’est félicité de la normalisation récente des relations entre l’État hébreu et certains de ses voisins. Benyamin Netanyahou a annoncé d’autres processus de détente. Mais qu’en est-il réellement? Tour d’horizon des relations géopolitiques d’Israël au Moyen-Orient en carte.

Les Israéliens élisent leurs parlementaires ce mardi 23 mars. Benyamin Netanyahou est le grand favori du scrutin. Comme d’habitude! Durant la campagne, il n’a eu de cesse de mettre en avant son bilan diplomatique. Notamment les récents accords d’Abraham, officialisant une normalisation des relations avec les Émirats arabes unis, Bahreïn et le Soudan.

Une semaine avant l’élection, le Premier ministre sortant a même annoncé que quatre autres accords de paix étaient en cours de négociation. Certes, l’imminence du scrutin laisse à penser que ces hypothétiques accords relèvent plus du rêve que de la réalité… Cependant, les alliances géopolitiques au Moyen-Orient évoluent bel et bien en faveur de Tel Aviv.

En effet, l’État hébreu semble être parvenu à reléguer la question palestinienne à l’arrière-plan. Du coup, ses adversaires d’hier pourraient devenir ses partenaires afin de s’opposer à l’Iran. Mais une analyse de la situation géopolitique d’Israël en carte montre que ce basculement ne concerne que certains États de la région.

Lire aussi:

La politique vaccinale en France «fait assez sourire en Belgique», selon un épidémiologiste
«J’ai un rendez-vous avec le Kremlin», ironise Philippot au sujet de ceux qui le financent – vidéo
«Pas le droit de marcher sur leur trottoir»: le tournage d’une série Netflix à Paris pose problème aux habitants
Tags:
Israël, Benjamin Netanyahou, élections, élections législatives, Iran, Arabie Saoudite, normalisation, Liban, alliance, milice, Hezbollah
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook

Plus d’infographies