La Chine au Moyen-Orient: un nain militaire mais un géant économique
© Sputnik . Louis Doutrebente & Thomas Martin

La Chine remplacera-t-elle au Moyen-Orient une Amérique encore militairement dominante? La Chine, elle, a choisi l’économie et de forts partenariats avec certains États stratégiques pour construire ses nouvelles routes de la soie. Analyse en carte.

La Chine observe le retrait militaire américain du Moyen-Orient qui se poursuit progressivement. En effet, en plus du rapatriement de tous ses GI’s d’Afghanistan avant le 11 septembre 2021, Washington a commencé début juin, à retirer ses batteries et un bouclier antimissile d’Arabie saoudite. Une information confirmée par l’Administration Biden le 21 juin. Le remplacement de l’Amérique par la Chine dans la région est-il pour demain?

Pour l’heure, la menace militaire chinoise est largement contenue par Washington. Le remplacement est encore loin: les États-Unis conserveront en effet de nombreuses installations militaires en Arabie saoudite, aux Émirats arabes unis, au Qatar, au Koweït, etc. La force militaire régionale de la Chine ne fait pas d’elle un rival pour les États-Unis, puisqu’elle ne dispose actuellement que d’une base à Djibouti.

En revanche, Pékin assoit sa domination régionale par les échanges économiques et ses investissements. Ces derniers lui permettent notamment de construire ses nouvelles routes de la soie.

Analyse des présences américaines et chinoises bien distinctes au Moyen-Orient, en carte.

Lire aussi:

Une figure des anti-restrictions trouve un «camp Covid secret» dans les Landes, la préfecture dément
Avant de vacciner une ministre, Olivier Véran fait une gaffe et se lance dans l’autodérision – vidéo
Pass sanitaire dans les transports: entrée en vigueur «entre le 7 et le 10 août»
Tags:
Israël, Arabie Saoudite, Iran, Nouvelle route de la soie, Route de la Soie, base militaire, base militaire US, Proche-Orient, États-Unis, Chine
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook

Plus d’infographies