Ecoutez Radio Sputnik
    Un sous-marin russe

    Un sous-marin russe ultrasecret capté accidentellement en Arctique

    © Flickr/ fhwrdh
    Insolite
    URL courte
    1838
    S'abonner

    Un sous-marin ultrasecret russe a été capté accidentellement par une caméra lors d'une séance de photos en Arctique.

    Le numéro de janvier du magazine Top Gear a publié une photo du sous-marin nucléaire russe AS-12 du projet 10831, plus connu sous le nom de Locharik (personnage d'un dessin animé russe).

    Ce bâtiment ultrasecret spécialisé dans les forages en mer a été capté accidentellement par une caméra de l'équipe Top Gear Russie lors d'une séance de photos tenue au cours d'un rallye Mercedes-Benz GL 450 à Arkhangelsk, au bord de la mer Blanche.

    De nombreux experts s'accordent pour dire que l'objet visible à l'arrière-plan n'est autre que le sous-marin AS-12 développé en Russie pour explorer les profondeurs abyssales.

    Selon le blog "bmpd" rédigé sous l'égide du Centre d'analyse des stratégies et technologies, la photo de Top Gear constitue une représentation de haute qualité du Locharik. 

    Les performances techniques du sous-marin et sa destination sont pour le moment inconnues. On sait seulement qu'il mesure 79 mètres de long et sept mètres de large et qu'il déplace près de 2.000 tonnes. Le bâtiment peut plonger à 6.000 mètres et évoluer à une vitesse de 30 nœuds en immersion. 

    Dernier né des sous-marins pour les recherches océanographiques en grande profondeur, le Locharik fait partie de la 29e brigade de la Flotte russe du Nord, basée à Gadjievo, dans la région de Mourmansk (Arctique). 

    Le sous-marin ne possède aucun armement.

    Lire aussi:

    La Marine russe reçoit un 2e sous-marin furtif "trou noir"
    Russie: l'un des sous-marins les plus discrets remis à la Marine
    Russie: 40 navires et sous-marins pour la Flotte du Nord d'ici 2020
    Tags:
    AS-12 (Locharik), Flotte russe du Nord, Top Gear, mer Blanche, Arctique, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik