Ecoutez Radio Sputnik
    Chewing gum, tweet, cours: pour quoi encore peut-on aller en prison en Turquie?

    Chewing gum, tweet, cours: pour quoi encore peut-on aller en prison en Turquie?

    © AFP 2019 Yasin Bulbul/Presidential Press Service
    Insolite
    URL courte
    16224

    Il est facile d'apparaître derrière les barreaux en Turquie. Une raison d'emprisonnement peut être une publication sur Facebook, une pétition ou un chewing gum. Découvrez pour quelle autre raison on peut soudainement se retrouver en prison en Turquie.

    Pour un photomontage

    Un médecin turc, Bilgin Ciftci a fait l'objet d'une enquête, après avoir publié sur son compte Twitter deux photos: l'une de M.Erdogan le visage déformé par la surprise; l'autre de Gollum, le célèbre personnage de la trilogie Le seigneur des anneaux.

    Pour un geste obscène

    En janvier dernier, une femme a été condamnée à onze mois de prison ferme pour un geste obscène à l'encontre d'Erdogan lors d'une manifestation en mars 2014.

    Pour une publication sur Facebook

    Le président turc Recep Tayyip Erdogan
    © AP Photo / Basin Bulbul / Presidential Press Service
    Une Turque risque quatre années d'emprisonnement pour avoir insulté le président turc Recep Tayyip Erdogan lors d'une dispute sur Facebook en 2014.

    L'interlocuteur de la jeune femme, qui a insulté le président turc lors d'une dispute, sur le réseau social a porté plainte contre elle devant le parquet.

    Selon l'acte d'accusation, en 2014, la jeune femme, âgée de 22 ans, a publié des commentaires offensants pour Recep Tayyip Erdogan, qui à l'époque occupait le poste de premier ministre.

    Pour un tweet

    L'ex-attaquant de la sélection turque de football, Hakan Sükür, encourt quatre ans de prison pour avoir insulté le président Erdogan sur les réseaux sociaux. Au sein de l'équipe nationale, il a joué 112 matchs dans lesquels il a inscrit 51 buts, devenant ainsi le meilleur buteur de l'histoire de la sélection turque.

    Dix jours avant, un tribunal avait condamné la journaliste Hilal Kalafat, 24 ans, à 28 mois de prison pour un tweet jugé insultant à l'égard du chef d'Etat.

    Pour un post sur Instagram

    L'ex-miss Turquie Merve Buyuksarac a été arrêtée pour avoir publiée sur son compte Instagram un poème satirique sur le chef d'Etat.


    Pour un chewing gum

    Le responsable du Parti de la justice et du développement (AKP) qui est au pouvoir Veysel Dalci a été arrêté pour avoir mâché un chewing gum lors d'une cérémonie officielle de la pose d'une gerbe au monument de Kemal Ataturk.

    Pour des idées

    Le professeur de l'Université Gazi (Ankara) Atilla Yayla a été condamné à 15 mois de prison parce qu'il avait douté du régime progressiste de Kemal Ataturk, fondateur et premier président de la République de Turquie.

    Pour une pétition

    kurdes irakiens gardent une position derrière des sacs de sable,Sinjar
    © AFP 2019 Safin Hamed
    En janvier 2016, plusieurs intellectuels turcs ont été arrêtés après avoir signé une pétition demandant au président Erdogan d'arrêter l'opération militaire contre les Kurdes dans le sud-est du pays.

    Selon eux, le président turc Recep Tayyip "Erdogan a poussé la situation à l'extrême" et les intellectuels ne pouvaient plus se taire.

    "M.Erdogan cherche à intimider le peuple turc. Il profite de chaque occasion pour (…) aggraver la scission au sein de la société turque. Cette fois il a pris comme prétexte la pétition des académiciens. Tous les régimes dictatoriaux ont recours à cette rhétorique pour atteindre leurs buts", a indiqué Baskin Oran, un des signataires de la pétition.

    Pour un cours

    En avril 2016, les autorités turques ont interpelé le professeur de droit Mehmet Kanbur pour avoir incité les étudiants à la révolte lors d'un cours.

    Lire aussi:

    Erdogan manquerait-il d’humour?
    Un procès pour insulte à Erdogan prend des allures de "Seigneur des anneaux"
    Près de 2.000 Turcs poursuivis pour avoir offensé Erdogan
    Des journalistes turcs se dressent contre Erdogan
    Turquie: deux caricaturistes condamnés pour insulte à Erdogan
    En Turquie, la prison pour des critiques sur Internet?
    Tags:
    prison, Instagram, Inc, Facebook, Inc, Recep Tayyip Erdogan, Ankara, Turquie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik