Insolite
URL courte
384
S'abonner

La reine Elizabeth II soigne son image de souveraine connectée afin de gagner en popularité auprès des citoyens.

Au Royaume-Uni, le salaire moyen annuel constitue près de 20.000 livres sterling (25.000 euros). La reine ayant dévoilé sa volonté de payer 50.000 livres sterling (63.000 euros) un spécialiste chargé de soigner l'image de la Famille royale sur les réseaux sociaux, un grand nombre de Britanniques devraient certainement dépoussiérer leur CV pour ne pas manquer cette occasion exceptionnelle.

Le spécialiste sera chargé de gérer ses comptes en ligne Twitter et Facebook, de promouvoir l'image de la Famille royale parmi des internautes et d'attirer de nouveaux abonnés.

Les candidats doivent avoir une expérience dans la "gestion de sites Web de haut niveau" et être capables de "développer une stratégie et gérer des projets de grande envergure". Les candidats doivent être rapides — l'offre d'emploi sera close le 24 avril.

"Il s'agit de ne jamais rester immobile et de trouver de nouvelles façons de maintenir la présence de la reine sous le regard du public et sur la scène mondiale. C'est ce qui rend exceptionnel de travailler pour la maison", détaille l'annonce publiée sur le site officiel de la Monarchie britannique.

Les comptes de la famille royale sur les réseaux sociaux sont déjà très suivis (plus de deux millions d'abonnés sur Twitter et Facebook), c'est pourquoi le nouveau spécialiste devra chercher des moyens novateurs d'attirer des abonnés.

La reine a envoyé son premier tweet en 2014 lors d'une visite au Science Museum de Londres, et a lancé son premier site web en 1997 lors d'une visite dans une école du nord-est de la capitale britannique.

Lire aussi:

Ces monarques indétrônables
63 ans sur le trône sans passeport ni permis de conduire
Une semaine dans la peau du Prince George
Il vient de braquer un McDonald’s mais ne s’attendait pas à tomber sur ce genre de clients
Tags:
emploi, réseaux sociaux, salaire, anniversaire, reine Élisabeth II, Royaume-Uni
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook