Ecoutez Radio Sputnik
    Un Néo-Zélandais nage avec des baleines et se met bêtement en danger

    Un Néo-Zélandais nage avec des baleines et se met bêtement en danger

    © YouTube, capture d'écran
    Insolite
    URL courte
    1116

    Une baleine a refusé de nager avec un surfeur zélé, lui infligeant un violent coup de queue.

    Une sanction disciplinaire à l'égard de Sam Todd, un des deux surfeurs qui n'a pas respecté la distance réglementaire avec une baleine franche australe au large de la plage de Saint Clair, située sur la côte de Dunedin en Nouvelle Zélande, est notamment à l'étude des services de la protection de la nature du pays, rapporte l'agence News Hub New Zealand.

    "Ça n'arrive pas à tout le monde d'avoir cette expérience unique, et je suis heureux que cela me soit arrivé ici, sur notre bonne vieille côte de Dunedin", a déclaré Sam Todd, précisant que c'est la première fois qu'il croise une baleine dans ses eaux natales.

    Il a posé les deux mains sur une des trois baleines avant de recevoir un coup de queue. Ces dernières n'ont pas l'air d'apprécier qu'on les touche…

    Le surfeur a pris beaucoup de risques, tout comme son coéquipier, et ils pourraient tous deux tomber sous le coup d'une sanction administrative, selon le Département néo-zélandais de conservation de la nature qui a vivement critiqué l'attitude de Sam Todd et de Craig Latta, qui n'ont pas respecté la distance réglementaire à maintenir avec les baleines et qui s'applique aux surfeurs et aux planchistes. Cette espèce de mammifères peut peser jusqu'à soixante tonnes.

    L'ouverture d'une enquête criminelle à l'encontre de Sam Todd est toujours débattue.

    Lire aussi:

    De quoi bavardent les cachalots?
    Une colonie rare de baleines à bosse découverte près de côtes du Kamchatka
    30 personnes et 19 heures pour sauver une baleine échouée au Brésil (vidéo)
    Tags:
    Département néo-zélandais de conservation de la nature, Sam Todd, Nouvelle-Zélande
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik