Ecoutez Radio Sputnik
    caniche

    Elle lègue 220 millions d’euros à son caniche!

    © Flickr/ Jay Whitmire
    Insolite
    URL courte
    221216
    S'abonner

    Sans héritier direct, la patronne de la société William Saurin a légué à sa mort toute sa fortune – 220 millions d’euros au total – à son caniche nain Gaétan. Imaginez seulement combien de croquettes il va pouvoir acheter!

    La PDG et unique actionnaire de la holding financière Turenne Lafayette, Monique Piffaut, est décédée la semaine dernière à l'âge de 78 ans. Toute sa fortune, soit 220 millions d'euros, va faire le bonheur de son chien Gaétan, nous apprend le magazine Challenges.

    Notons au passage que Mme Piffaut a en fait légué tous ses biens à une fondation de protection des animaux, laquelle devra à son tour s'occuper de son caniche chéri. Ainsi, la femme a fait tout son possible pour assurer au mieux les vieux jours de Gaétan, son ami fidèle durant tant d'années.

    Concernant le sort de son entreprise, le magazine précise, citant le porte-parole de la holding, qu'« il n'y a pas de risque de démantèlement du groupe, car la propriétaire, très attachée aux entreprises (la holding regroupe des marques comme William Saurin, Garbit ou Madrange, ndlr), avait exprimé sa volonté en ce sens. »

    Rappelons que Monique Piffaut était à la tête d'un groupe qui emploie environ 3 200 salariés répartis sur 21 sites industriels.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Un chien sauve sa maîtresse des flammes
    Un chien nommé sergent de l’armée argentine
    Promener son chien, meilleur que les médicaments, le sport et les médecins
    Tags:
    chiens, insolite, William Saurin, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik