Ecoutez Radio Sputnik
    Perroquet

    La culture du pavot en Inde compromise par des perroquets opiomanes

    © Sputnik. Sergei Malgavko
    Insolite
    URL courte
    64115174

    Les fermiers de plusieurs États indiens se plaignent de perroquets qui détruisent le dixième des récoltes de pavot dans le pays.

    De plus en plus de perroquets viennent se procurer de la drogue sur les plantations de pavot à opium dans les États indiens du Rajastan et du Madhya Pradesh, écrit le Daily Mirror citant des fermiers locaux.

    Selon ces derniers, les perroquets toxicomanes attendent le moment où les fermiers inciseront les capsules des fleurs afin de les aider à mûrir. Après avoir consommé les graines de pavot, ils tombent sans conscience pendant plusieurs heures et deviennent ainsi une proie facile pour les prédateurs.

    « Ces oiseaux sont si intelligents qu'ils n'émettent aucun son lorsqu'ils s'approchent de nos champs », indique le fermier Sobharam Rathod.

    Les agriculteurs utilisent des pétards et des tambours pour chasser les perroquets, mais ces moyens se révèlent peu efficaces contre les oiseaux opiomanes.

    La culture du pavot à opium, qui sert à la fabrication de médicaments, est soumise à un contrôle gouvernemental strict en Inde. En raison de la baisse des récoltes provoquées par les toxicomanes à plumes, les fermiers se voient administrer des avertissements de la part du Département du contrôle des stupéfiants.

    Suivez Sputnik sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join »

    Lire aussi:

    Les toxicomanes traités... à l'héroïne au Canada
    De l'héroïne sur ordonnance, moyen pour sauver les toxicomanes britanniques?
    Plus de 300 millions de toxicomanes dans le monde
    Tags:
    pavot, opium, perroquet, Inde
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik