Ecoutez Radio Sputnik
    Poids

    Où vivent les plus grosses femmes de la planète?

    © Fotolia / viperagp
    Insolite
    URL courte
    15311
    S'abonner

    L’obésité n’est pas un problème à prendre à la légère, surtout pour une femme. Certaines représentantes de la gent féminine luttent efficacement contre cette infortune, mais d’autres restent impuissantes. Alors, dans quelle partie du globe vivent les plus grosses femmes? Et la réponse est…

    Des scientifiques de l'Université de technologie d'Auckland, en Nouvelle-Zélande, ont jeté la lumière sur les régions du monde où vivent les grosses femmes. D'abord et avant tout, il s'agit de pays développés, à savoir les États-Unis et le Royaume-Uni, lit-on dans la revue Frontiers in Public Health.

    D'après les spécialistes, plus de la moitié des habitantes de ces deux pays sont en surpoids, ce qui accroît le risque de diabète et de cancer.

    Très souvent, ces personnes ne semblent pas obèses, mais si leur tour de hanches dépasse la moitié de leur taille, cela indique des dangers potentiels.

    «Des changements similaires illustrent le risque accru de diabète, maladie du cœur, maladie du foie», a souligné Naveed Sattar, un des chercheurs en charge de cette étude.
    Il a ajouté que si ces problèmes se posaient pendant la grossesse, la gestation du bébé pourrait s'avérer difficile.

    Selon les chercheurs, de manière générale, dans les 30 pays les plus développés du monde, le pourcentage de personnes obèses est plus élevé que dans les autres régions du globe, et cela s'applique tant aux femmes qu'aux hommes. De plus, ces dernières années, cette part a augmenté.

    Lire aussi:

    Air India interdit de vol 34 employés en surpoids
    Tigres en surpoids VS drone: qui va gagner?
    Ballerine en surpoids: «les stéréotypes sont là pour être cassés»
    Obésité et surpoids: la France parmi les mauvais élèves
    Le surpoids est mauvais pour la mémoire
    Tags:
    surpoids, Nouvelle-Zélande, Royaume-Uni, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik