Insolite
URL courte
9310
S'abonner

Arrivée à Pyeongchang pour assister à la cérémonie d’ouverture des JO, la sœur du leader nord-coréen, Kim Yo-jong, a suscité l’intérêt de nombreux médias. Qui est cette influente jeune personne et quelle est la place qu’elle occupe dans le gouvernement de la Corée du Nord? Voici certains faits sur la femme la «plus puissante» de ce pays.

Kim Yo-jong, la sœur cadette du dirigeant nord-coréen, a emprunté ce vendredi un jet privé pour se rendre à Pyeongchang où elle a assisté à la cérémonie d'ouverture des Jeux Olympiques d'hiver. Cette visite historique a soulevé plusieurs questions sur la personnalité de la jeune femme et le rôle qu'elle joue pour Kim Jong-un et la Corée du Nord.

Études en Suisse et retour en Corée du Nord

Kim Yo-jong a fait ses études en Suisse, à Berne, tout comme ses grands frères. Selon le site North Korea Leadership Watch, elle y était connue sous le nom de Kim Yo'ng-sun.

​Ensuite, Kim Yo-jong serait retournée en Corée du Nord, mais aucune information sur ses études supérieures n'est disponible.

Age et vie privée

D'après certaines sources, la seule fille de Kim Jong-il, qu'il a eue avec son épouse, Ko Yong-hui, serait née à Pyongyang en 1989. Pourtant, à en croire les renseignements sud-coréens, son année de naissance serait 1987.

Peu de choses sont connues sur la vie privée de la sœur du dirigeant nord-coréen. Selon les presses japonaise et sud-coréenne, elle serait mariée et aurait un fils.

Carrière politique

En 2014, la jeune Kim Yo-jong aurait été nommée «directrice adjointe de département» au sein du comité central du département de la propagande du parti du travail de la Corée du Nord.

​En 2017, elle serait entrée au politburo devenant ainsi la plus influente figure féminine au sein du gouvernement nord-coréen.

Son ascension dans l'appareil du parti lui a valu de la part de certains médias d'être considérée comme la femme la plus puissante de Corée du Nord. D'autres voient en elle la «princesse» nord-coréenne.

Relations avec son frère

Selon le New York Times, Kim Yo-jong accompagnerait très souvent le dirigeant nord-coréen lors de ses déplacements dans les institutions publiques, dans les unités de l'armée et dans des usines.

En outre, toujours d'après le New York Times, la carrière fulgurante de Kim Yo-jong s'expliquerait par le fait que Kim Jong-un voudrait assurer la succession dynastique au cas où il ne serait plus en état de d'assurer ses fonctions à la tête du pays.

«Ils sont très proches et sa promotion au sein de politburo signifie qu'elle a toute la confiance de Kim Jong-un», a indiqué le professeur Yang Moo-Jin de l'University of North Korean Studies de Séoul cité par l'Independent.

Lire aussi:

Elle met des œufs au micro-ondes, ce qui l'envoie pour trois semaines à l'hôpital
Quel est le secret de ces trois départements où aucune mort du Covid-19 n’a été recensée?
Un astéroïde qui sera visible aux jumelles fonce vers la Terre
«Aphrodisiaque», la viande de chien est réservée aux hommes, dans le nord du Togo
Tags:
princesse, rôle, Kim Jong-un, Kim Yo-jong, Pyeongchang, Corée du Sud, Corée du Nord
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook