Ecoutez Radio Sputnik
    Raton-laveur

    Voici l’employé le plus dodu et le plus pelucheux d’une clinique vétérinaire russe (vidéo)

    © Photo. Pixabay
    Insolite
    URL courte
    1300

    Devenu une vraie star dans une clinique vétérinaire en Russie, le raton laveur Ballu calme les patients avec de tendres câlins et leur redonne le moral dans une situation de stress.

    Dans une clinique vétérinaire dans la ville russe de Rostov-sur-le-Don, un nouveau médecin a fait son apparition en la personne d'un raton laveur de réconfort.

    Ballu communique avec les visiteurs tandis que les animaux sont entre les mains du vétérinaire. En outre, il aime jouer avec les animaux et leur remonte moral dans une situation stressante.

    Как же хочется тортика😋😋😋 #НикаВет #тортик

    Публикация от dr.Ballu (@dr.ballu) 22 Ноя 2017 в 8:47 PST

    Ballu a 1 an et demi et c'est un raton laveur particulièrement actif. Il mange de la nourriture pour chat mais il aime également d'autres aliments, en particulier les raisins, raconte le personnel de la clinique.

    De plus, Ballu est un véritable explorateur: toutes les portes, tiroirs et placards doivent rester fermés car il peut les ouvrir.

    La clinique vétérinaire a accueilli Ballu après qu'une femme s'en est débarrassée, ne pouvant pas supporter un animal si remuant dans son appartement.

     

    Готовимся к лету)))))

    Публикация от dr.Ballu (@dr.ballu) 13 Апр 2018 в 1:36 PDT

     

    Le raton laveur est déjà célèbre hors de la Russie et il veille attentivement sur son compte Instagram. Malgré quelques difficultés, la clinique l'aime et n'imagine pas travailler sans cet employé au grand cœur.

    Lire aussi:

    Gare à vous! Ces Russes splendides vous retourneront en 2 sec (photos sensuelles)
    Moscou, ville lumière à la veille de la principale fête de l’année (Photos)
    Quand une ribambelle de ratons laveurs tombe du plafond… (vidéo)
    Tags:
    raton-laveur, Russie, Rostov-sur-le-Don
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik